Déjà un million de Sud-Soudanais ont fui la guerre pour se réfugier en Ouganda

De nouveaux arrivants en provenance du Soudan du Sud se pressent devant un camion d'aide humanitaire dans le camp d’Imvepi, en Ouganda, le 28 mars 2017.
© RFI / Gaël Grilhot

Le nombre de réfugiés sud-soudanais en Ouganda vient de dépasser 1 million, selon les derniers chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR). Depuis la reprise du conflit au Soudan du Sud, il y a plus d’un an, entre 1 500 et 3 000 personnes franchissent chaque jour la frontière. La politique d’accueil de l'Ouganda, longtemps présentée comme un modèle, est aujourd’hui en danger. L'Ouganda accueille à lui seul plus de réfugiés que l'ensemble des pays européens en 2016.

A leur arrivée en Ouganda, les réfugiés sud-soudanais sont enregistrés, nourris. Maisais, contrairement à ce qu'il se passe dans de nombreux pays, tous ne sont pas systématiquement acheminés vers des camps dédiés. Une loi de 2006 leur permet en effet de se déplacer, de travailler et même d’obtenir un lopin de terre pour se construire une maison, mais aussi cultiver, afin de participer au développement de l’économie agricole. En échange, les communautés locales bénéficient d'infrastructures financées et installées par des ONG.

Pression foncière, camps surpeuplés, manque de financements

Mais face à l’afflux exponentiel de réfugiés, ce modèle est mis à mal. D’abord, la pression foncière augmente : l’Ouganda n’a plus suffisamment de terres à distribuer.

Ensuite, les conditions de vie de détériorent dans les camps. Le Programme alimentaire mondial a réduit ses distributions alimentaires générant un vague de mécontentement mais aussi une augmentation de la délinquance et de la prostitution puisque les réfugiés cherchent de nouveaux moyens de survivre.

Les ONG sont suspendues aux financements internationaux, mais la crise au Soudan du Sud ne mobilise pas vraiment les foules. En juin dernier, à Kampala, un sommet de la solidarité visait à récolter 2 milliards de dollars. Seulement 358 millions de dollars ont effectivement été levés.

Les Sud-Soudanais fuient la guerre et la famine. Toute une partie de la population meurt de faim, alors que le gouvernement consacre plus de la moitié de son budget à l’armement.

Un conflit interminable

Depuis 2013, le tout jeune Etat du Soudan du Sud est ravagé par un conflit d’une rare violence qui oppose le président Salvaa Kir et son ancien vice-président Riek Mashaar. D’interminables négociations - pas moins de sept cessez-le-feu et un accord de paix, pour autant de déclarations - n’ont jamais mis un terme aux violences.

Les deux hommes semblent avoir perdu le contrôle des bandes armées qui leur étaient affiliées. Et dans le chaos, la mission des Nations unies au Soudan du Sud n’arrive plus à protéger les civils. Les exactions contre les civils atteignent un rare degré de cruauté. Les récits des victimes sont difficilement soutenables et l’ONU s’inquiète désormais d’une ethnicisation du conflit.

Les ONG demandent un « embargo sur les armes » et des « sanctions ciblées » contre les chefs de guerre. Mais le Conseil de sécurité de l’ONU ne parvient pas à s’accorder sur la question. Sans résolution concrète le conflit ne semble pas prêt de finir et le nombre de réfugiés ne devrait pas cesser de croitre.


Reportages avec les réfugiés sud-soudanais en Ouganda

Un réfugié sud-soudanais vient de traverser la frontière. Il attend au centre d'accueil de Busia d'être transféré vers les camps de réfugiés, le 28 mars 2017. © RFI / Gaël Grilhot

En avril dernier, RFI a diffusé une série de reportages réalisés en mars 2017 dans les camps de réfuigés sud-soudanais en Ouganda. Ils sont à retrouver ici :

[Reportage 1/5] Combattre la faim avec les réfugiés du Sud-Soudan en Ouganda

[Reportage 2/5] Ouganda: les réfugiés sud-soudanais racontent la faim

[Reportage 3/5] Les hommes sud-soudanais prennent le chemin de l'exil

[Reportage 4/5] Les réfugiés sud-soudanais racontent le cauchemar de Yei

[Reportage 5/5] Un génocide en cours au Soudan du Sud?

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.