Ouagadougou: un hôtel prestigieux va renaître malgré les attentats

L'Hôtel Indépendance, à Ouagadougou, va être rénové par le groupe panafricain Azalaï. Le coût des travaux est estimé à 14 milliards de francs CFA.
© Photo : RFI / Fréderic Garat

Malgré les attentats qui ont frappé Ouagadougou en 2016 et, tout récemment, le 13 août, les professionnels du tourisme continuent d’investir et de développer le secteur. Le groupe hôtelier panafricain Azalaï vient de signer un accord avec la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) en vue de la reconstruction de l'un de plus grands hôtel de Ouagadougou : L’Indépendance.

Alors qu'une attaque terroriste vient de frapper un restaurant, faisant 18 morts dimanche 13 août dans un quartier touristique de Ouagadougou, la signature de l’accord de prêt entre le groupe Azalaï et la BOAD en vue de la reconstruction de ce qui sera l'un des plus grands hôtels de la capitale burkinabè n'est pas anodin. Ce sont 7 milliards de francs CFA qui vont être mis sur la table dans le cadre de cet accord pour engager les travaux de l'hôtel Indépendance, détruit lors de la révolution d'octobre 2014.

14 milliards de francs CFA d'investissements

« On se réjouit de voir qu’il y a des hommes d’affaires africains qui continuent à croire à notre pays, qui continuent à croire à la ville de Ouagadougou », se félicite Armand Béouindé, maire de Ouagadougou. Le coût total de réaménagement de l’Azalaï Indépendance est de 14 milliards de francs CFA : 7 milliards de francs CFA issus du prêt accordé par la BOAD, 3 milliards via un financement par la Banque Altantique et enfin 4 milliards apportés par les actionnaires de la Société burkinabè de promotion hôtelière (SBPH).

Pour Mossadeck Bally, le PDG du groupe, ce sont deux ans de travaux qui l'attendent, mais le patron d'Azalaï reste résolument optimiste. « Je lisais récemment des statistiques sur Paris qui a perdu 30% de sa fréquentation suite aux attentats. Je suis persuadé que les hôtels de Ouaga, le lendemain de l’attaque du 13 août, ont perdu quasiment tous leurs clients. Mais ce qui est bien, c’est que l’on ne récupère toujours, parce que l’espoir reprend toujours le dessus sur la terreur », estime-t-il.

Et le PDG d’Azalaï de marteler : « Arrêter les projets, c’est donner raison à ces terroristes, c’est donner raison à ces criminels. Il ne faut pas leur donner raison. »

Impact économique « catastrophique » des attentats

L'hôtellerie est une activité essentielle pour le développement de la sous-région « Ces attentats ont vraiment un impact catastrophique sur le développement : en matière de paiement de salaires bien entendu, en matière de recettes fiscales… A tous les points de vue, c’est une perte énorme pour l’économie », souligne Bassary Touré, vice-président de la Banque ouest-africaine de développement.

Les travaux de l'Azalaï Indépendance d’Ouagadougou débuteront en septembre, promet son promoteur, et l'hôtel rouvrira progressivement par tranche de travaux terminés. A terme, dans 24 mois, ce seront 230 emplois directs créés pour la renaissance de l’hôtel Indépendance.