RCA: Bria théâtre de nouveaux combats meurtriers

Des casques bleus de la Minusca patrouillent à Bria en proie à des violences, le 12 juin 2017.
© SABER JENDOUBI / AFP

De nouveaux combats ont eu lieu à Bria ce week-end dans, le nord-est de la Centrafrique. Le bilan, incertain, est estimé entre deux et vingt morts après de nouveaux heurts entre combattants anti-balaka et ex-Seleka, dans cette ville où près de 40 000 personnes sont toujours déplacées depuis le mois de juin.

Bria reste l'un des points chauds de la Centrafrique. Cette ville, contrôlée par la branche FPRC (Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique) des ex-Seleka, a de nouveau été le théâtre de violences ce week-end entre les membres de groupes d'autodéfense qui veulent récupérer la ville depuis plusieurs mois et le FPRC de Nourredine Adam. Cette faction étant elle-même scindée en deux en raison d'intérêts ethniques.

Sur place, les communications téléphoniques sont coupées et il est extrêmement difficile d'avoir un bilan humain de ces combats, les chiffres variant du simple au décuple. La Minusca minimise sûrement le nombre de victimes, parlant de deux morts, quand Joseph Iganji, le patron d'Ocha, le bureau de coordination humanitaire en RCA, annonce une vingtaine de victimes sur son compte Twitter.

D'autres sources humanitaires font état de quatre personnes décédées et l'Agence France-Presse d'au moins treize morts s'appuyant sur une source médicale.

Cette difficulté à pouvoir définir les événements sur place est renforcée par la situation floue des combats, les groupes d’autodéfense pouvant être considérés autant comme civils que comme combattants.

Dans Bria vidée de ses habitants depuis plusieurs mois, et qui sont réfugiés dans les différents sites de déplacés, la situation humanitaire reste extrêmement préoccupante selon Ocha.

Et de source onusienne, il faut s'attendre à de nouveaux combats pour le contrôle de la ville dans les jours ou semaines à venir.