Sénégal: le geste de Kémi Séba brûlant un billet de franc CFA fait polémique

Certains intellectuels et activistes sénégalais soutiennent l'abandon du franc CFA.
© Getty Images/Bloomberg / Contributeur

L'activiste Kémi Séba est en détention depuis vendredi soir. Samedi 19 août, le Franco-Béninois installé depuis plusieurs années au Sénégal, s'était laissé filmer brûlant un billet de 5 000 francs CFA lors d'un rassemblement à Dakar contre la « Françafrique ». Un geste qu'il a ensuite qualifié de « symbolique ». La fin du franc CFA est devenue l'objet d'un véritable débat de société au Sénégal et de nombreux intellectuels y sont favorables, mais les méthodes de l'activiste proche de l'extrême droite française sont loin de faire l'unanimité.

Guy Marius Sagna, figure bien connue de la lutte anti francs CFA au Sénégal, a été choqué par l'arrestation de Kémi Séba. L'important est pour lui de relancer le débat sur l'abandon de cette monnaie, peu importe la manière de le faire.

« Nous pensons que l’acte qui a été posé est un acte symbolique, comparable à l’acte de Mandela brûlant son passeport, à l’acte de Mohammed Ali refusant d’aller guerroyer au Vietnam. C’est un acte symbolique pour dire jusqu’où le franc CFA brûle à petit feu les peuples qui l’ont en partage. »

Plusieurs rassemblements d'organisations anti-CFA ont eu lieu ces derniers mois à Dakar. Un débat porté aussi par des économistes moins médiatisés et pour qui, le franc CFA doit également disparaitre.

Un avis partagé par certains économistes

Ndongo Samba Sylla est l'un des économistes les plus respectés sur cette question. Il estime que le franc CFA freine le développement, encourage les importations au détriment des exportations, mais il ne se reconnait pas dans le geste de Kémi Séba.

« Je pense qu’il a fait ce geste-là pour provoquer un déclic, avance l'économiste. Pour dire qu’il y a un problème qui s’appelle le franc CFA. Il faut que les populations s’en rendent compte, parce que c’est un geste fort. Mais ce qui est sûr, c’est que la plupart des gens qui œuvrent dans ce mouvement-là, même s’ils sont pour une vulgarisation du débat autour du franc CFA, ne cautionneraient certainement pas ce type de geste. »

Kémi Séba est en détention depuis vendredi soir. Au Sénégal comme en France ses proches appellent les sympathisants « afrodescendants » à participer à une collecte en ligne pour financer sa défense et à se mobiliser mardi, lors de l'ouverture de son procès.