Le Niger dément avoir reçu de l'argent pour extrader Saadi Kadhafi vers la Libye

Saadi Kadhafi, photographié le 6 mars 2014 dans sa prison de Tripoli, après avoir été rasé à son arrivée.
© REUTERS/Prison Media Office/Handout via Reuters

Le gouvernement nigérien dément catégoriquement avoir reçu une quelconque contrepartie pour remettre à Tripoli Saadi Kadhafi. Le fils de l’ancien chef d’Etat libyen s’était réfugié au Niger en septembre 2011, peu avant la chute de son père. La presse libyenne produit depuis quelques jours une lettre adressée à un procureur libyen par Saadi Kadhafi. Il y accuse le Premier ministre de l’époque, Ali Zeidan, d’avoir versé 4 milliards de dollars pour obtenir son extradition du Niger en mars 2014.

« Aucun versement d'argent, aucune contrepartie », affirme le service de presse du premier ministre du Niger dans un communiqué. « Il n'a jamais été question de verser une quelconque somme à l'Etat du Niger pour le rapatriement du fils Khadafi », indique Niamey.

L'Etat du Niger dément les « allégations dénuées de tout fondement »  selon lesquelles la somme de 4 milliards de dollars aurait été versée par Tripoli pour que le Niger accepte d'extrader Saadi Khadafi.

« Consignes de neutralité » non respectées

Le gouvernement nigérien affirme avoir remis à Tripoli le fils du colonel Khadafi, parce qu’il ne respectait pas les « consignes de neutralité » qui s’imposaient à lui, et notamment celle de ne pas utiliser le Niger comme base arrière d’un mouvement insurrectionnel contre les autorités libyennes.

La seule exigence, affirment les autorités nigériennes dans ce communiqué, était la promesse que Tripoli fournisse un traitement juste et équitable au fils de l'ex-leader libyen une fois de retour dans son pays d'origine. Les autorités nigériennes disent avoir obtenu à l'époque des « garanties sérieuses » que Saadi Khadafi serait bien traité.

Un engagement non respecté, déplore Niamey qui affirme avoir accordé l'asile au fils Khadafi pour des seules « raisons humanitaires » après que son père Mouammar Khadafi a été tué en 2011.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.