Sénégal: l'octroi de terres à une société privée dénoncé par des paysans

Agriculture au Sénégal (image d'illustration).
© AFP PHOTO/Georges Gobet

Au Sénégal, l'octroi de 10 000 hectares dans le nord du pays à la firme marocaine Sefrioui, via sa filiale locale Afri Partners Sénégal, est dénoncé par un collectif de villageois qui se dit spolié de ses terres. Cette exploitation a été approuvée par les communes et validée par le gouvernement et elle sera effective pendant les quarante prochaines années. Après avoir manifesté début juillet, les villageois impactés par le projet ont décidé de se tourner vers la justice avec le dépôt d'un recours en annulation ce lundi 28 août devant la Cour suprême du Sénégal.

Entre les deux bras du fleuve Sénégal, les habitants d'une zone à cheval sur la commune de Dodel et de Démette vivent de la culture du riz, du mil, du sorgho et de l'élevage. Mais les terres des périmètres villageois seront bientôt exploitées par une entreprise marocaine pour faire de la riziculture. Originaire de Dodel, le professeur Aboubacry Moussa Lam est membre d'un collectif de 2 000 villageois décidés à ne pas devenir des paysans sans terre : « En donnant 10 000 hectares d’un seul tenant, ce n’est la meilleure des manières de préserver le patrimoine foncier. En laissant les Marocains prendre toute la zone, on ne respecte plus les équilibres environnementaux. »

Un premier rassemblement contre le projet marocain a eu lieu début juillet, couvert par les médias sénégalais. Il a permis de faire connaître l'histoire des villageois du Fouta. Depuis, leur collectif a engagé un avocat, Assane Dioma Ndiaye, qui déposera ce lundi un recours en annulation devant la Cour suprême, au nom de près de 2 500 personnes se déclarant lésées : « Nous allons mettre tous les arguments qui font ressortir l’illégalité dont est entachée cette délibération de par la Constitution et de par la loi ; c’est le domaine national, mais, de par même le souci de survie de paysans qui sont attachés à leurs terres et ont besoin de terroirs, d’abord pour habiter mais également cultiver et pâturer. »

Avec son projet rizicole, l'entreprise marocaine Afri Partners Sénégal  promet d'investir 75 milliards de francs CFA, de créer un millier d'emplois et d'aménager 2 500 hectares pour les populations. Dans un contexte où l'Etat du Sénégal s'est fixé pour mission de parvenir à l'autosuffisance en riz, pour le collectif d'habitants, la transformation de ces terres qui font vivre des dizaines de milliers de personnes risque au contraire d'aggraver la dépendance alimentaire du Sénégal.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.