Sénégal: Kémi Séba relaxé après avoir brûlé un billet de francs CFA

Kémi Séba, le 19 février 2008, au tribunal correctionnel de Paris où il était jugé pour avoir maintenu durant plusieurs mois l'existence du collectif Tribu Ka, un groupuscule noir ultra-radical et antisémite pourtant dissout en juillet 2006.
© AFP PHOTO FRANCK FIFE FRANCK FIFE / AFP

La justice sénégalaise a décidé de relaxer l'activiste franco-béninois Kémi Séba, mardi 29 août. Accusé de destruction volontaire et publique d'un billet de banque, il était en détention depuis le vendredi 25 août, pour avoir brûlé 5000 francs CFA lors d'un rassemblement le 19 août contre «la Françafrique». Son geste avait fait le tour des réseaux sociaux et exacerbé le débat sur le franc CFA.

C'est dans la salle numéro un du tribunal de Dakar que le procès s'est déroulé mardi après-midi. D'un côté Kémi Séba et ses deux avocats, de l'autre, les avocats de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). C'est elle qui avait porté plainte contre le Franco-Béninois et s'était portée partie civile dans cette affaire.

Kémi Séba a tout de suite reconnu les faits, mais s'est défendu d’avoir brûlé ce billet dans l'optique d'enfreindre la loi sénégalaise. Il s'agissait plutôt, a-t-il expliqué à plusieurs reprises, d'un acte symbolique pour « alerter l'opinion ». Ses proches avaient d'ailleurs déclaré après son arrestation que ce procès allait être celui du franc CFA.

→ A (RE)ECOUTER : Faut-il en finir avec le franc CFA ?

C'est effectivement de cette monnaie dont il a été question. Une monnaie qui, selon Kémi Séba, « n'appartient pas aux Africains ».

Le parquet avait requis trois mois de prison avec sursis. Pour l'accusation, le geste n'était pas symbolique, mais une véritable « atteinte » à l'honneur d'une institution qui représente huit Etats de l'Afrique de l'Ouest. L'accusation, qui avait demandé une condamnation à un versement d’un franc CFA symbolique en guise de dommage et intérêts, n'a donc pas été suivie par le tribunal.

Quelle que soit la justesse de la cause, quand le corpus intellectuel est irrigué par du racisme, par du suprémacisme, par de la haine de l'autre, pour moi on est disqualifié pour porter toute forme de cause.
Hamidou Anne
29-08-2017 - Par Alice Pozycki

→ A (RE)ECOUTER : Franc CFA: instrument de servitude ou garantie de stabilité monétaire?

Son geste a ravivé le débat sur le maintien du franc CFA, mais sa proximité avec l'extrême droite française et ses idées suprémacistes font de lui un très mauvais avocat, regrette Hamidou Anne, du cercle de réflexion L'Afrique des idées.

L’activiste est en effet loin de plaire à tout le monde au Sénégal, y compris du côté de la société civile. Celle-ci était pourtant présente ce mardi au tribunal de Dakar, et s’est félicitée de cette relaxe. Pour Seydi Gassama, directeur de l’organisation Amnesty au Sénégal, ce procès n’aurait pas dû avoir lieu : « Kémi Séba a posé un acte symbolique pour sensibiliser les Africains au franc CFA. Tout le monde attendait ce verdict d’apaisement, mais un verdict qui reconnait également que le débat sur le franc CFA est un débat légitime qui doit avoir lieu et que l’on ne peut pas éviter ».

D’ailleurs, pour Me Koureyssi Ba, l’avocat de l’activiste, cette relaxe légitime son combat contre le CFA : « La décision a été accueillie avec beaucoup de joie par les partisans et je pense que ça peut les renforcer dans leur combat ».

Les avocats de la BECEAO n’ont pas souhaité s’exprimer après le verdict, ils comptent organiser une conférence de presse mercredi ou jeudi pour donner le point de vue de l’institution financière.

Un personnage sulfureux dont le franc CFA se serait bien passé

Kémi Séba se présente lui-même comme un polémiste et conférencier panafricain, mais en fait, beaucoup connaissent surtout le côté polémiste.

En France, où il est né et où il a grandi, Kémi Séba a fait des vagues à plusieurs reprises. Au début des années 2000 lorsqu'il a créé le collectif Tribu Ka. Il prône la séparation raciale, aucune cohabitation entre Noirs et Blancs. Intolérable pour le gouvernement français qui le dissout en 2006 pour apologie de la suprématie noire.

A cette époque, Kémi Séba s'affiche avec des personnalités ouvertement antisémites comme Alain Soral ou Dieudonné. Il est condamné à plusieurs reprises et passe en tout quatre mois dans les prisons françaises.

En 2011, Kémi Séba part s'installer au Sénégal où, malgré sa réputation, la chaîne de télé 2STV lui offre une place de polémiste dans une émission hebdomadaire. Les téléspectateurs se souviennent peut-être de son échange très vif avec l'un des fondateurs du collectif Y en a marre.

Jusqu'à présent, Kémi Séba se concentrait sur le financement des ONG par les Occidentaux, il avait même créé la sienne, Urgences panafricanistes, pour compenser ce qu'il présente comme un noyautage de la société civile. Le sulfureux Kémi Séba s'est désormais trouvé un nouveau cheval de bataille.