Congo-Brazzaville: grève illimitée du personnel de l’université publique

Vue de l'université de Brazzaville, au Congo.
© AFP PHOTO / Laudes Martial MBON

Au Congo-Brazzaville, le personnel de l'université publique observe une grève générale illimitée depuis vendredi, 1er septembre, pour n'avoir obtenu satisfaction de ses revendications qui concernent, entre autres, le paiement de trois mois d'arriérés de salaires et la subvention allouée par l'Etat. En face, les autorités répondent que l’origine du problème se trouve dans la crise économique qui frappe tout le pays.

Le personnel enseignant et non-enseignant de l’université Marien-Ngouabi, au terme d’une assemblée générale, a décidé d’observer une grève générale illimitée.

Aussitôt après, ce personnel a fermé toutes les portes de toutes les administrations de l’université publique, à l’instar des commerces tenus par des sujets ouest- africains, le jour de la Tabaski.

Didier Ngalebaye, porte-parole du collège intersyndical, évoque les raisons de la grève.

« Les problèmes posés par les personnels de l’université Marien-Ngouabi n’ont guère trouvé de solutions à ce jour, notamment le paiement intégral des salaires des mois de juin, juillet et août 2017 ainsi que le décaissement de la subvention de fonctionnement des premier, deuxième et troisième trimestres 2017. Par conséquent, le collège intersyndical demande à tous les travailleurs de l’université Marien-Ngouabi d’observer une grève générale et illimitée à compter du 1er septembre 2017, à 7h00, jusqu’à satisfaction totale des problèmes posés », explique-t-il.

L’université est à sa énième grève. Pour les autorités, seule la crise due à la baisse des cours du pétrole explique la situation socio-économique difficile que traverse le pays, et l’université en particulier.