Zimbabwe: une partie de l’opposition lance l'Alliance du MDC

Tsvangirai s'était fait discret ces derniers temps mais à l'approche des élections, les manifestations et les rassemblements se multiplient à travers tout le pays.
© REUTERS/Philimon Bulawayo

Au Zimbabwe, plusieurs partis d'opposition se sont réunis samedi 2 septembre à Bulawayo, deuxième ville du pays, pour le lancement de l'Alliance du MDC, le Mouvement pour le changement démocratique, dirigé par Morgan Tsvangirai, rival de longue date du président Robert Mugabe. Tsvangirai s'était fait discret ces derniers temps mais à l'approche des élections, les manifestations et les rassemblements se multiplient à travers tout le pays.

« Cette démonstration d'unité n'est pas seulement une histoire de partis politiques, a déclaré Morgan Tsvangirai, cela concerne tous les Zimbabwéens. Nous avons entamé ce voyage ensemble et nous le terminerons ensemble. Nous sommes assiégés depuis ces vingt dernières années par une dictature cupide. »

Les images diffusées sur le site officiel du parti MDC montrent un Morgan Tsvangirai en forme, casquette rouge vissée sur la tête et bien déterminé à poursuivre son combat. « Toutes les voix démocratiques ne sont peut-être pas présentes ici, mais je veux dire qu'elles nous rejoindront, nous voulons dire que tout le monde est le bienvenu », a poursuivi le leader du parti MDC.

Et les factions existent au sein de cette nouvelle union. A propos de ce rassemblement, un article dans la presse locale évoque le boycott de certains membres éminents de l'opposition comme Joyce Mujuru, la chef du parti Le peuple d'abord, qui reconnaît le soutien de son clan à l'alliance du Mouvement pour le changement démocratique, mais l'ancienne vice-présidente du pays a refusé de se joindre à la fête à cause du nom MDC, qui absorbe toutes les autres factions politiques et les rend invisibles.

Créée le 5 août dernier, cette alliance est la coalition de sept partis d'opposition unis pour une cause bien précise : faire barrage au président Robert Mugabe et son parti la Zanu-PF lors des prochaines élections prévues en 2018.