Kenya: très critiquée, la commission électorale nomme une nouvelle équipe

Des partisans du leader d'opposition Raila Odinga célèbrent la décision de la Cour suprême kényane d'invalider le scrutin présidentiel d'août, le 1er septembre 2017.
© REUTERS/James Keyi

Au Kenya, la commission électorale a nommé sept hauts responsables chargés d'organiser la nouvelle élection présidentielle, dont la date a été fixée au 17 octobre prochain. Ils occuperont des postes qui semblent correspondre à ceux des hauts responsables dont l'opposition exigeait le départ.

Pour l’opposition kényane, des têtes devaient tomber. Elle a été entendue. La commission électorale a nommé une équipe de sept personnes pour organiser le nouveau scrutin, qui aura lieu le 17 octobre, après la décision de la Cour suprême d'annuler le scrutin du 8 août.

Cette équipe sera dirigée par un coordonnateur de projet, Marjan Hussein Marjan, qui assurera les fonctions du président de la commission, Ezra Chiloba, vivement critiqué par l’opposition. Ce dernier est donc écarté, même s’il n’a pas été renvoyé en tant que tel.

Absence des petits candidats

L’équipe comprendra aussi un nouveau responsable informatique, Albert Gogo. La Cour suprême du Kenya a en effet invalidé la réélection du président sortant, Uhuru Kenyatta, en raison d’irrégularités dans la transmission des résultats.

Reste à savoir si la Super alliance nationale, la plateforme d'opposition Nasa, se contentera de ces changements. Raila Odinga, le candidat à la présidentielle, avait certes exigé le renvoi de certains commissaires.

Mais il avait aussi demandé que tous les candidats au premier tour soient autorisés à participer au nouveau scrutin. Or, la dernière édition du Journal officiel précise que le rendez-vous électoral du 17 octobre opposera seulement deux candidats.