Sénégal: Abdoulaye Wade prend Khalifa Sall sous son aile

L'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade a rendu visite à la famille de Khalifa Sall, dans le quartier de Grand Yoff, à Dakar, le 9 septembre 2017.
© Guillaume Thibault/RFI

Au Sénégal, la stratégie politique est tout un art. Le nouveau gouvernement à peine en fonction et alors que le président Macky Sall a appelé au dialogue, Abdoulaye Wade place ses pions. L’ex-président, élu député en juillet dernier, a rendu en effet visite à la famille de Khalifa Sall. Le maire de Dakar, soupçonné de détournements de deniers publics, est en prison depuis 6 mois et il a perdu récemment son frère. Abdoulaye Wade est donc venu présenter ses condoléances. Mais sa venue est clairement politique.

« Pour moi, la politique c’est comme d’essayer de mettre un éléphant dans un trou de seringue… » Abdoulaye Wade, en wolof, a multiplié les citations du genre.

Durant près d’une heure, sous les tentes installées dans le quartier Grand Yoff devant la maison familiale de Khalifa Sall, l’ex-président a multiplié les critiques contre le pouvoir de Macky Sall et contre la justice.

« Je les appelle les juristes-tailleurs », commente-t-il.

Appel du pied à marcher ensemble, Abdoulaye Wade a déclaré que Khalifa Sall était comme son fils et qu’il ferait tout pour le faire sortir de la prison de Rebeuss, avant de prier longuement avec la famille du maire de Dakar.

Une cérémonie religieuse investie par les politiques… Abdoulaye Wade est venu avec tout l’état-major du Parti démocratique sénégalais notamment Madické Niang, Oumar Sarr, Babacar Gaye. Une délégation reçue par les proches du maire de Dakar, Barthélémy Dias et Cheikh Gueye, qui reste évasif sur une possible entente politique.

« Maintenant que les dés sont jetés, il appartiendra aux uns et aux autres de voir comment mettre en place des espaces d’échanges… »

Fin stratège, Abdoulaye Wade a sans doute compris qu’affaibli après les législatives, le camp Khalifa Sall avait tout intérêt à le suivre. Une opportunité qui renforce l’ex-chef de l’Etat au moment où le président Macky Sall appelle justement au dialogue politique.