G5: IBK achève une mini-tournée cruciale avant l'Assemblée générale de l'ONU

Le président Ibrahim Boubacar Keïta (ici le 15 août 2017).
© Ahmed OUOBA / AFP

Après avoir reçu le président mauritanien à Bamako lundi 11 septembre, Ibrahim Boubacar Keïta boucle ce jeudi 14 septembre une mini-tournée dans les autres pays du G5 Sahel, le Tchad, le Niger et le Burkina. Le président en exercice du G5 y a rencontré ses homologues pour discuter de la mise en place concrète de la  force conjointe anti-terroriste, en amont de l'Assemblée générale des Nations unies qui accueille la semaine prochaine les chefs d'Etat et de gouvernement. Une mini-tournée d'autant plus importante quer le déplacement à New York de certains des chefs d'Etats du G5 est une priorité pour Bamako.

C'est un moment clé pour la force du G5 Sahel : son poste de commandement a été installé samedi dernier au centre du Mali et Paris ne cesse de répéter que ses premières opérations anti-terroristes auront lieu dès octobre.

Mais un problème demeure : le financement n'a pas évolué depuis le sommet de Bamako de juillet, or les fonds promis par les pays concernés, l’Europe et la France, ne représentent qu'un quart des 430 millions d'euros jugés nécessaires par le G5 pour rendre cette force opérationnelle.

Et si les Nations unies avaient salué en juin dans une résolution la création de la force, aucune aide financière n'avait été prévue, notamment à cause des réticences de Washington et Londres.

L'Assemblée générale de l'ONU est donc une nouvelle opportunité de convaincre la communauté internationale, et surtout les Américains, de mettre la main à la poche en mettant l'accent sur les quelques avancées réalisées. Cette question devait d'ailleurs être au cœur d'une rencontre qui avoir lieu lundi, en marge de l'Assemblée générale, entre les présidents du G5, le président français et vraisemblablement, des responsables américains et onusiens.

D'où l'importance pour les cinq présidents de parler d'une seule voix sur leurs besoins et stratégie. Et finalement, les présidents des cinq pays du G5 seront donc bien être tous présents à New York. C'est le président malien en personne qui l'a annoncé. Une source à la présidence malienne parle de victoire diplomatique pour IBK. A l'origine, les chefs d'Etats tchadien et nigérien n'avaient pas prévu de se rendre à l'AG onusienne. Le doute planait aussi concernant le président mauritanien.

Au cours de cette tournée, IBK a réussi à convaincre tous ses homologues du G5 de l'importance d'être présents, comme le souhaitait aussi Paris d'ailleurs.

Le G5 Sahel a, je pense, achevé de convaincre de sa pertinence..
Extrait du point presse d'IBK à Niamey le 13 septembre 2017.
13-09-2017 - Par Moussa Kaka