Guinée: les salariés des transports publics réclament des arriérés de salaire

Vue de Conakry, en Guinée.
© Getty Images/Waldo Swiegers/Bloomberg

En Guinée, la compagnie de transports publics est à l'arrêt depuis quatre mois et demi. Aucun bus de la Sotragui ne circule dans la capitale. Le directeur est introuvable, il a été suspendu suite à une mauvaise gestion des fonds publics, reconnaissent les autorités. Les subventions de l'Etat ont été coupées. En conséquence, les 700 travailleurs ne sont pas payés depuis presque cinq mois. Ce jeudi, ils étaient dans la rue en centre-ville de Conakry.

Face au palais présidentiel, des travailleurs de la Sotragui réclament leurs arriérés de salaire. Ils n'ont pas été rémunérés depuis presque cinq mois et pour tous l'attente est longue : « Nous sommes au chômage ». « Il y a quelques heures qui nous séparent de l’ouverture des classes, donc il faut trouver des fournitures scolaires pour les enfants ». « Les travailleurs sont délogés parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer les frais de location. Tout ce beau monde-là, on prend le pain sec devant vous pour manger ».

La société publique n'a plus les moyens de payer les employés, comme l’explique Alexandre Camara est syndicaliste : « La Sotragui était souvent sonnée au départ, 3 milliards par trimestre, et après que le gouvernement ait constaté la mauvaise gestion par l’ancien directeur, il a cessé de donner la subvention. C’est ce qui fait que nous ne sommes pas payés ».

Des concessions à des entreprises privées et des partenariats publics privés, notamment avec la compagnie marocaine City bus sont en cours d'étude assure le ministre des Transports, Oyé Guilavogui : « Le montant qui avait été budgétisé en termes de subvention est épuisé. Mais il y a juste deux semaines que nous avons introduit des options auprès du gouvernement et donc nous estimons que d’ici la fin de la semaine prochaine, l’Etat doit pouvoir mobiliser ces fonds ».

Des fonds seront aussi nécessaires pour réparer les bus. Sur une centaine d'appareils, moins d'une dizaine sont en état de fonctionnement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.