Kenya: la colère gronde dans les rangs du Jubilee, le parti de Kenyatta

Le président Uhuru Kenyatta, dans le bureau de vote de Kiambu, dans le comté de Gatundu, le 8 août dernier.
© REUTERS/Baz Ratner

Après la décision de la Cour suprême, qui a invalidé la victoire du président sortant pour « irrégularités », et ordonné l’organisation de nouvelles élections, la colère gronde dans les rangs du Jubilee. Mais à Gatundu, ville d’origine du président dans le comté de Kiambu, au centre du Kenya, les militants repartis en campagne promettent déjà une nouvelle victoire.

Ernest Karanja arrive le pas pressé, portant lunettes de soleil et costume aux reflets dorés. Il est secrétaire général du Jubilee dans la région et il est furieux de la décision de la Cour suprême : « Uhuru Kenyatta nous a été donné par Dieu pour être président du Kenya, donc personne, et je dis bien personne, ne peut lui dérober cette place. Nous le Jubilee, nous sommes prêts, plus qu’avant. Parce que ce sont ces gens qui veulent nous voler la place ! Nous devons donc être encore plus mobilisés qu’avant. »

Le but est  d’arriver à près de 100% des voix dans tout le centre du Kenya, et percer dans les fiefs de Raila Odinga. Une stratégie qui devrait être facilitée au niveau national par les nouveaux élus, majoritairement pro-Jubilee, et prêts à mobiliser leurs ressources, explique Georges Gitau, un représentant de la communauté. « Maintenant plus de gens sont mobilisés. Les députés, les élus locaux, les gouverneurs. Ils ont déjà prêté serment, et ils font tous campagne pour le président », témoigne-t-il.

Le mois dernier, Uhuru Kenyatta aurait remporté plus d’un million de voix de plus que Raila Odinga au niveau national. La prochaine fois, l’écart sera encore plus grand, assure Martin Karanja, qui vit juste à côté de la demeure familiale du président : « Nous sommes prêts. Nous allons nous lever tôt pour le réélire, avec une large victoire. Et nous allons renvoyer Raila Odinga chez lui, encore une fois ! »

Une certitude renforcée, dit-il, par la défection de certains leaders de l’opposition vers le Jubilee ces derniers jours.