Tunisie: les autorités n’étaient pas informées de l'expulsion du prince Moulay

Le prince Moulay Hicham, ici en 2012.
© AFP/Abdelhak Senna

La réponse de la présidence tunisienne dans l'affaire de l'expulsion du prince Moulay Hicham, le cousin du roi du Maroc Mohammed VI renvoyé de Tunis le 8 septembre dernier, n’a pas tardé. Le palais de Carthage affirme qu’il n’a pas été mis au courant de cette extradition et demande au gouvernement de mener une enquête sur cette expulsion.

 « Malheureusement, on n’était pas au courant, affirme Saïda Garrach, porte-parole de la présidence. Et d’ailleurs, même le ministère des Affaires étrangères a dit qu’il n’était pas avisé. Tout en sachant que c’est une personne que le président connaît. C’est pour cela qu’il n’a pas apprécié ce qu’il s’est passé, parce que ça a été fait par le ministère de l’Intérieur. On a demandé à ce que l’on nous explique comment ça s’est passé. Donc je pense que c’est au niveau du gouvernement que la procédure doit se faire.

Je pense que ce qui s’est passé était à un moment où il y avait la formation du nouveau gouvernement, tout le monde était focalisé sur les préparatifs pour annoncer le nouveau gouvernement. C’est pour cela qu’on a dit qu’il y avait des procédures administratives. Peut-être qu’il y avait quelque chose. Mais de toute manière, on a exprimé notre désaccord et notre désagrément. Lui, il pense que tout passe par le président de la République, que tout est centralisé au niveau de la présidence. Non, on n’est pas à tous les coups saisis par toutes les affaires. »