Burkina Faso: trois morts dans le Soum

Djibo, le chef de la province du Soum, dans le nord du Burkina Faso.
© GOOGLE MAPS

Au Burkina Faso, trois hommes ont été abattus vendredi 15 septembre dans deux localités situées dans le nord du pays, non loin de la frontière malienne. L'identité des assaillants n'est pas connue, mais la zone est fréquentée par des groupes jihadistes actifs au Mali et au Burkina Faso.

Première victime : un chef de village tué par des hommes armés à une vingtaine de kilomètres au sud de Baraboulé, dans la province du Soum.

Cela s'est passé dans la nuit de jeudi à vendredi. Un élu local cité par l'Agence France Presse parle de la localité de Petegoli, l'Agence d'information du Burkina évoque plutôt celle de Windpoli, mais les deux concordent sur le fait que ce chef de village a bel et bien été assassiné par les assaillants.

Dans la même nuit et dans la même zone, deux autres personnes ont été tuées dans le village de Dohouré. Il s'agit, selon l'AFP, de l'imam du village et d'un habitant.

Les assaillants sont-ils les mêmes pour les deux attaques ? Appartiennent-ils au même groupe ? Comment ont-ils choisi leurs cibles ? Selon des sources sécuritaires burkinabè, des recherches ont été lancées pour tenter de retrouver les assaillants.

Ces derniers mois, le Burkina, le Mali et le Niger ont intensifié leur coopération militaire pour lutter contre les groupes jihadistes actifs aux confins de leurs frontières communes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.