G5 Sahel: réunion au Mali des ministres de la Défense des cinq pays membres

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, lors du G5 Sahel au palais présidentiel à Bamako, le 2 juillet 2017.
© REUTERS/Luc Gnago

Au Mali, une réunion extraordinaire des ministres de la Défense des cinq pays membres du G5 Sahel, s’est tenue, vendredi 15 septembre, à Bamako. Venus du Niger, du Tchad, de la Mauritanie et du Burkina Faso, ils ont planché aux côtés de leur homologue malien sur les opérations à mener dans le Sahel pour lutter contre les djihadistes, mais également sur le financement de la force conjointe dont les premiers bataillons doivent être opérationnels d'ici quelques semaines. Cette Force comprendra 5 000 hommes.

Le financement de la force conjointe G5 n’est pas encore bouclé. Les ministres de la Défense des pays membres de cette Force qui, à terme, comptera 5 000 militaires, ont abordé ici le sujet.

« Nous avons 108 millions d’euros, aujourd’hui, mais vous savez que le budget global a été élaboré à 423 millions. Il y a donc un manque de près de 300 millions. Nos chefs d’Etat seront réunis à New York et il y aura un très grand plaidoyer pour que nous puissions avoir des ressources additionnelles pour boucler le financement de cette force », a déclaré Jean-Claude Bouda, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants du Burkina Faso.

Mais pas question d’attendre le bouclage du financement avant de commencer, sur le terrain, les opérations militaires pour se dresser contre les jihadistes. Cela va d’ailleurs bientôt bouger.

« Il faut commencer. En octobre, déjà, il y aura les premières opérations qui commenceront », a précisé le ministre.

Sur le terrain, la force française Barkhane et la force conjointe G5 vont collaborer et mener ensemble les opérations anti-jihadistes.

► à (re)lire: Financement du G5 Sahel: le silence de Washington et de Londres