A Madagascar, l'agriculture «un levier pour le développement de l'économie»

L'agriculture est «un levier pour le développement de l'économie malgache» pour les autorités mais elle doit faire face à de nombreuses difficultés et la première foire agricole de Madagascar est l'occasion de le rappeler.
© Christian Science Monitor / Getty

Tracteurs flambants neufs, ventes de volailles, d'engrais et de produits bio en tout genre: la première foire internationale agricole de Madagascar a vu grand avec 200 exposants et des milliers de visiteurs attendus pendant quatre jours jusqu'à dimanche 17 septembre. Selon le président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina, «l'agriculture demeure l'atout le plus crédible pour sortir le pays de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire». Pourtant le secteur agricole devra surmonter de grosses difficultés (manque de moyens, de semences, de matériels modernes) pour devenir (c'est le thème de la foire) «un levier pour le développement de l'économie malgache».

Alors que huit Malgaches sur dix travaillent dans le milieu agricole, le secteur ne représente que 30% du PIB et connaît des difficultés majeures comme l'explique à RFI Dalson Liké, technicien agricole dans une organisation de paysans à Toliara.

« Avant il y avait un calendrier des cultures. Maintenant à cause du changement climatique, il y a un impact direct sur la production. Et la deuxième difficulté : les paysans sont toujours habitués à faire de la culture traditionnelle. On doit améliorer la pratique des techniques modernes ».

Autre problème, le pays ne tire pas profit de ses terres arables. Sur 8 millions d'hectares cultivables seuls 32% sont exploités. Pour tenter d'apporter une solution aux agriculteurs, des techniciens se déplaceront dans plusieurs régions pour prélever des échantillons de sols qu'ils analyseront dans un laboratoire mobile.

« À partir des résultats d'analyse des sols, on sait que le sol n'est pas fertile, ou bien il y a un élément qui manque ou bien qui n'est pas suffisant pour avoir un bon rendement, nous explique Volonirina Raharimanana, agronome au département de recherche rizicole. Sur ce, on donne aux paysans des recommandations agronomiques : il faut apporter une telle quantité d'engrais phosphaté ou azoté pour combler ce vide, pour avoir un bon rendement. »

Ce laboratoire agricole mobile sera visible à la foire internationale agricole de Madagascar jusqu'à dimanche avant de partir pour la région Aloatra Mangoro, surnommée le « grenier à riz » de la Grande Ile.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.