Sénégal: le mouvement anti-franc CFA de retour dans la rue

Les militants anti-CFA se sont une nouvelle fois rassemblés à Dakar, samedi 16 septembre 2017.
© SEYLLOU / AFP

Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis samedi 16 septembre dans plusieurs villes d'Afrique francophone, à l'appel du mouvement Urgences panafricanistes, pour dire non au franc CFA, notamment à Cotonou, Dakar, Libreville où la manifestation a été aussitôt dispersée ainsi qu'à Bamako. A Dakar, entre 300 et 400 personnes se sont mobilisées, quelques semaines après un autre rassemblement lors duquel Kémi Séba avait brûlé un billet de 5 000 francs CFA.

Plusieurs organisations ont appelé à ce nouveau rassemblement à Dakar contre le franc CFA. Parmi elles, Y'en a marre, Non aux APE... Ou encore Urgences Panafricanistes, l'ONG du militant radical Kémi Séba. Depuis son expulsion du Sénégal, le mouvement anti-CFA prône la collaboration entre membres d'une société civile pourtant opposée sur de nombreuses questions, mais qui souhaite apparaître unie sur le sujet du franc CFA.

« C'est notre combat aussi, c'est le combat de la jeunesse sénégalaise, affirme Simon, rappeur du mouvement citoyen Y'en a marre. On a toujours tenu dans nos textes de rap, dans nos discours, dans nos conférences. Partout où l'on voyage, on en parle. Et c'est normal quand il y a ce genre de front aussi de venir participer à la manifestation. »

Ainsi, la société civile entreprend de vulgariser la pensée des économistes anti-CFA via des rassemblements, des interventions dans les médias... Et pourquoi pas en joignant le geste à la parole avec des actes qualifiés de « symboliques ». Pour le militant Guy Marius Sagna, l'objectif sur le long terme est de sortir définitivement de la zone CFA. « En attendant cela, nous pensons que sortir la France du conseil d'administration ne doit pas pouvoir prendre une année. Rapatrier nos réserves de change, qui sont au niveau du Trésor public français, ne doit pas prendre non plus une éternité », estime-t-il.

Autorisée à Dakar, la manifestation a été interdite à Tambacounda et Kaolack. Et pour ce premier rassemblement depuis l'expulsion du sulfureux militant Kémi Séba, un de ses admirateurs a avalé un billet de franc CFA face à quelques centaines de personnes, malgré le caractère toujours illégal de l'acte.