Cameroun: les prisons restent inaccessibles à la Commission des droits de l’homme

Au Cameroun, la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés, la CNDHL, souhaite pouvoir rendre visite à des détenus interpellés dans le cadre de la crise anglophone
© Alex Potemkin/Getty images

Au Cameroun, la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés, la CNDHL, souhaite pouvoir rendre visite à des détenus interpellés dans le cadre de la crise anglophone, et ce conformément à son mandat et à la loi, pour s’assurer de leurs conditions de détention. Une demande a été formulée en ce sens le 11 août, il y a plus d’un mois. Mais depuis, la Commission n'a toujours pas été autorisée à entrer dans ces lieux.

Informée par une vidéo qui faisait état de détention dans le secret de jeunes gens de la région du nord-ouest, la Commission avait décidé d’organiser une visite.
Christophe Bobiokono, de la Commission des droits de l’homme et des libertés du Cameroun
18-09-2017 - Par David Baché