Libye: le maréchal Haftar reçu par le président tunisien

Le maréchal Khalifa Haftar, chef de l'Armée nationale libyenne.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Le maréchal Khalifa Haftar a reçu une invitation pour effectuer une visite officielle en Tunisie depuis plusieurs mois. Ce sera finalement une réalité ce lundi 18 septembre, à son retour du Congo-Brazzaville, et juste avant son départ pour l’Italie, où il est également convié. Il doit rencontrer ce matin le président tunisien.

Pour des raisons de sécurité, la venue de Khalifa Haftar à Tunis a été préparée en toute discrétion. Au cours de sa visite, il doit rencontrer le président tunisien Beji Caïd Essebsi et évoquer avec lui l’accord politique entre les parties libyennes, le combat contre le terrorisme et les relations entre les deux pays. Après la réunion entre les deux hommes, un communiqué doit être diffusé, mais aucune déclaration devant la presse n’est prévue.

La Tunisie et la Libye ont des relations historiques profondes, a rappelé le ministre des Affaires étrangères tunisien. Khemaies Jhinaoui a ajouté que, pour son Etat voisin, la Tunisie prône une solution basée sur le principe du dialogue entre toutes les parties, sous l’égide de l’ONU.

La crise libyenne a influencé d’une manière directe la situation en Tunisie : les deux pays constituent un espace vital l’un pour l’autre et partagent d’importantes relations économiques et sociales. De plus, un million de Libyens se sont réfugiés de l’autre côté de la frontière tunisienne et des milliers de blessés de guerre y ont été soignés depuis 2011.

Accélération du processus de paix

Cette visite de Khalifa Haftar, la première depuis des années à Tunis, intervient alors que le processus de paix s’est accéléré ces derniers temps. L’ONU présentera son plan de route pour la Libye le 20 septembre prochain et officialisera l’amendement de l’accord politique inter-libyen avant le lancement d’une nouvelle série de pourparlers.

Selon des sources bien informées, le Conseil présidentiel ne devrait plus revenir à la direction du Premier ministre, Fayez al-Sarraj, mais à la présidence d’une autre personnalité, et Khalifa Haftar y siégerait. Ce Conseil sera composé d’un président et de trois vice-présidents au lieu de neuf, comme c’est le cas actuellement.

Ensuite, la capitale tunisienne recevra le 26 septembre prochain le parti libyen pour discuter de l’accord politique et ceci après la séance attendu des Nations unies sur la question. Khalifa Haftar ou ses représentants seront-ils présents lors de ce nouveau pour parler inter libyen ? C’est désormais la grande question. L’homme fort de l’est libyen devrait rencontrer également à Tunis Peter Bodde l’ambassadeur américain en Libye. Celui-ci avait rencontré, dimanche, Fayez al-Sarraj, le Premier ministre libyen, en route vers New York. Selon les dernières déclarations, les États-Unis sembleraient enfin vouloir se pencher sur le dossier libyen.