Le président guinéen, président en exercice de l'Union africaine, à la tribune de la 72e Assemblée générale de l'ONU, à New York, le 19 septembre 2017.
© REUTERS/Shannon Stapleton

Plusieurs chefs d'Etat africains ont pris la parole à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, mardi 19 septembre.

► Alpha Condé plaide pour un élargissement du Conseil de sécurité

Costume noir, cravate jaune, Alpha Condé a été le premier leader africain à s’exprimer devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York mardi 19 septembre. Le chef de l’Etat guinéen, qui préside l'Union africaine, a plaidé pour un élargissement du Conseil de sécurité. L'Afrique ne peut plus rester en marge des grandes décisions internationales car le continent compte aujourd'hui, a-t-il rappelé à tous les dirigeants, peignant le portrait d'une Afrique en marche, bien décidée à se prendre en main.

Monsieur le président, l’Afrique, jadis subjuguée, corvéable et malléable à dessein, s’est éveillée. Aujourd’hui, plus que jamais, l’Afrique est décidée à prendre son destin en main avec la ferme détermination d’être l’acteur principal de son développement et de jouer pleinement son rôle dans la gestion des affaires internationales. Dans cette optique, l’Afrique tend une main sincère et amicale à tous les partenaires de bonne volonté, consciente qu’il n’y a de bonheur véritable que lorsqu’il est partagé, qu’il n’y a de richesse que lorsqu’elle est équitablement répartie, qu’il n’y a de partenariat viable et porteur que lorsqu’il est d’égal à égal, qu’il n’y a de paix véritable que lorsqu’elle est inclusive, qu’il n’y a de développement durable que lorsqu’il respecte la dignité des peuples.
Alpha Condé
20-09-2017 - Par Marie-Pierre Olphand

Le président IBK appelle au financement du G5 Sahel

A la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a loué la création du G5 Sahel. Il a aussi appelé tous les « pays amis » et organisations internationales partenaires à soutenir financièrement cette force conjointe lors de la conférence internationale des donateurs qui doit se tenir le 16 décembre à Bruxelles.

Je voudrais donner l’assurance que les ressources allouées à cette force seront gérées avec une totale transparence. De plus, nous restons ouverts à tout appui de nos partenaires à assurer une meilleure gestion des ressources de ladite force. Cette force conjointe est d’utilité publique avérée. La bataille que nous conduisons aujourd’hui dans le Sahel est une digue. Si, par malheur, cette digue devait céder, ce serait un malheur pour l’ensemble du monde civilisé, du monde qui partage nos valeurs.
Ibrahim Boubacar Keïta
20-09-2017 - Par Pierre Pinto

►Emmanuel Macron promet d'augmenter la part de l'aide au développement

Devant l'Assemblée générale de l'ONU, le président français Emmanuel Macron a promis d'augmenter la part du PIB consacrée à l'aide publique au développement. Elle était de 0,38% en 2016 et devra atteindre 0,55% dans cinq ans, a-t-il promis.

Je voudrais donner l’assurance que les ressources allouées à cette force seront gérées avec une totale transparence. De plus, nous restons ouverts à tout appui de nos partenaires à assurer une meilleure gestion des ressources de ladite force. Cette force conjointe est d’utilité publique avérée. La bataille que nous conduisons aujourd’hui dans le Sahel est une digue. Si, par malheur, cette digue devait céder, ce serait un malheur pour l’ensemble du monde civilisé, du monde qui partage nos valeurs.
Ibrahim Boubacar Keïta
20-09-2017 - Par Pierre Pinto

►Le président Buhari compare la crise birmane au génocide rwandais

Ses sorties et ses prises de paroles sont si rares qu'elles méritent d'être soulignées. Muhammadu Buhari s'est exprimé mardi à New York. Le président nigérian malade a multiplié les séjours à Londres depuis l'an dernier pour se faire soigner. D'un pas prudent, il s'est dirigé seul à la tribune, puis s'est exprimé une dizaine de minutes d'une voix faible mais sans faillir.

Un discours écrit, dans lequel il s'est essentiellement étendu non pas sur la situation intérieure de son pays, mais sur les crises et les enjeux internationaux. Il a notamment comparé la crise qui touche la Birmanie à celle qui avait touché auparavant la Bosnie et le Rwanda. « La communauté internationale ne peut pas rester silencieuse », a-t-il lancé dans l'hémicycle.