Ouganda: au Parlement, le débat sur l'âge limite du président reporté

Le Parlement ougandais.
© CC/Andrew Regan

Officiellement, il a 73 ans. Yowéri Museveni est au pouvoir depuis 1986. Aujourd’hui, il n’est pas autorisé à se représenter en 2021 car l’âge limite d’un candidat à l’élection présidentielle est de 75 ans. Mais le NRM, le parti du président souhaiterait voir cette limite d’âge supprimée. Le dépôt de l'amendement de la Constitution était attendu ce jeudi. Finalement, il n'a pas été mis à l'ordre du jour.

Après une matinée de tensions et de fébrilité, le projet d’amendement de la Constitution concernant l’âge limite du président n’est pas à l’ordre du jour. Le secret a été retenu jusqu’au dernier moment. Conséquence : le Parlement est plein. Ce qui est inhabituel et le président de l’Assemblée n’a pas manqué de le souligner. « Ce que nous voyons aujourd’hui est inhabituel », a-t-il lancé avec humour. Il a tenté de rassurer les parlementaires sur la tenue prochaine des discussions. Des discussions qui se feront en toute liberté, a-t-il affirmé.

Mais la chef de l’opposition Winnie Kizza a pris la parole pour partager ses inquiétudes et demander des réponses de la part du gouvernement. Elle s’est inquiétée de la présence militaire importante et inhabituelle dans Kampala, autour du Parlement, mais aussi devant les maisons de certains députés de l’opposition. Certains n’ont d’ailleurs pas pu quitter leur résidence pour se rendre au Parlement aujourd’hui.

Symboliquement, les députés positionnés contre ce projet sont sortis du Parlement avec des sifflets et des foulards rouges autour de la tête. Parmi eux, le député Allan Ssewanyana : « Autour du Parlement, c’est cerné par les militaires. Il n’y a pas de liberté d’expression. Certains députés dont moi, nous n’habitons même plus chez nous, parce que nos résidences ont été bloquées par la police. Le président qui occupe aujourd’hui la place, est au pouvoir depuis plus de 30 ans. Il devrait laisser les Ougandais être les témoins d’une transition pacifique du pouvoir. »

James Kakooza, député de la majorité, soutient ce projet. Il répond à l’opposition qui estime qu’il vise uniquement à faire réélire le président Museveni : « C’est un mensonge, parce que personne ne peut savoir en 2021 si le NRM choisira Museveni. Ce qui nous intéresse, c’est d’ajuster notre Constitution pour un environnement politique favorable. »

Différents événements étaient prévus ce jeudi matin pour manifester contre le retrait de la limite d’âge du président. Environ 400 étudiants ont manifesté à l’université de Makerere. Ils ont été durement repoussés et contenus par les forces de l’ordre qui ont usé de gaz lacrymogènes et de tirs dissuasifs.

Le président Museveni est au pouvoir depuis 1986. En 2005, la Constitution avait déjà été modifiée, la limite des deux mandats supprimée.