Guinée: l'importance de Kolaboui, poumon économique du pays

La Guinée possède les plus grandes réserves au monde de bauxite, dans la région de Kolaboui. (Usine de bauxite située à Kamsar, au nord de Conakry).
© (Photo : AFP)

C'est un ouf de soulagement qu'ont manifesté les multinationales, exploitants miniers et les transporteurs routiers après la levée des barricades érigées par les manifestants à Kolaboui, localité hautement stratégique pour l'économie nationale.

Si Kolaboui tousse, c’est toute la région, poumon économique du pays, qui s’enrhume. Lieu de passage obligé pour les liaisons entre Kamsar, sur la côte, où se trouve le centre industriel de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG), et le plateau de Sangaredi, qui abrite l'une des plus grandes réserves de bauxite du monde.

C’est pourquoi quel que soit le régime au pouvoir à Conakry, il ne saurait tolérer le blocage de cette localité qui est un important nœud de communication pour cette région minière.

C'est aussi un lieu de transit pour se rendre non seulement dans le nord-ouest de la Guinée, mais aussi en Gambie ou encore au Sénégal.

C’est donc en toute connaissance de cause qu’une délégation des sages de Boké et de Kamsar conduite par l’Imam Hassan Sampou, l’un des érudits de la ville, a rencontré, et cela malgré leur réticence, les manifestants pour débloquer la situation.

Aux termes de longues heures de discussion, les deux parties se sont entendues sur l’essentiel et ont convenu de lever les obstacles sur les voies publiques et sur les rails, obstacles qui asphyxiaient peu à peu toute la région.

Cela dit, ce qui a surtout marqué les observateurs durant toute cette crise, c’est l’absence de l’Etat. Aucun membre du gouvernement n’a daigné se rendre sur les lieux, même les natifs de la région, explique un responsable de la société civile.

Il est évident que ce n'est pas acceptable, que ce n'est pas recommandé, c'est quelque chose qu'il faut que les populations locales comprennent...
Pour Albert Damantang Camara, le porte-parole du gouvernement, bloquer la circulation est inadmissible.
23-09-2017 - Par Michel Arseneault