Kenya: le parquet demande une enquête sur la Commission électorale

David Maraga (au centre de la photo), président de la Cour Suprême du Kenya.
© REUTERS/Baz Ratner

Au Kenya, le parquet a ordonné à la police et à l'agence anti-corruption d'enquêter sur la Commission électorale.Le directeur des poursuites publiques, Keriako Tobiko, a ordonné une enquête « approfondie et complète » sur les irrégularités pointées par la Cour Suprême lors du scrutin présidentiel annulé.

Le parquet a ordonné une enquête sur la Commission électorale afin de déterminer si des « irrégularités » ou des actes « illégaux » ont été commis pendant la dernière campagne présidentielle, en août. Le scrutin a été invalidé a depuis été invalidé par la Cour suprême et les électeurs doivent retourner aux urnes le 26 octobre. Maître Nelson Havi, un juriste kenyan, se réjouit de l’ouverture d’une telle enquête.

« La Cour suprême a estimé (sur la foi des informations dont elle dispose) qu'on était en présence d'un échec systémique de la part de la Commission électorale. Elle ne s'est pas conformée à la loi pour ce qui est de la transmission, du dépouillement et de la proclamation des résultats, explique-t-il. La preuve dont dispose la Cour ne lui permet pas d'identifier des individus qui seraient responsables. Si l'on est en présence d'un échec systémique, la faute n'en incombe pas à une seule personne, mais à des personnes qui ont agi par erreur, par négligence ou par volonté criminelle. C'est ce que l'enquête criminelle devra déterminer ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.