RDC: les réfugiés burundais de Kamanyola seront enregistrés manuellement

Une vue aérienne partielle de la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, en RDC. (Image d'illustration)
© Photo Monusco/Force

En RDC, une semaine  après les incidents meurtriers de Kamanyola, qui ont fait 39 morts, selon un nouveau bilan officiel, une solution a semble-t-il été trouvée au problème des refugiés burundais, qui refusaient de se faire faire de nouveaux papiers pour des raisons religieuses. Cette question est en voie d'être réglée, selon les autorités locales.

Jusqu'à maintenant les réfugiés burundais de Kamanyola refusaient d'être identifiées par les Nations unies. Ces réfugiés, presque tous membres de la secte de Zebiya, rejetent toute identification biométrique pour des raisons religieuses.

Le problème est toutefois en voie d'être réglé, selon le vice-gouverneur du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda. Les réfugiés devraient être enregistrés manuellement et ensuite, envoyés dans un autre camp dans la région de Fizi, plus au sud. Ils sont pour l'instant réticents, car l'armée congolaise y affronte encore des milices Maï Maï.

Persécutions religieuses

Ces Burundais qui disent avoir fui des persécutions religieuses dans leur pays, ont, dans un premier temps, vécu en bonne intelligence avec la population locale à Kamanyola. Mais certains d'entre eux affirment qu'ils ne sont plus les bienvenus aujourd'hui. Des réfugiés assurent d'ailleurs que des miliaires leur ont tiré dessus la semaine dernière sans aucune provocation de leur part.

Les autorités locales affirment que l'enquête visant à faire la lumière sur ces violences qui ont fait 39 morts est en cours. Quatre militaires congolais seraient actuellement interrogés.