Bénin: lancement d’une nouvelle alliance politique

Devant l'Assemblée nationale à Porto Novo, le 4 avril 2017 (photo d'illustration).
© YANICK FOLLY / AFP

Au Bénin, une nouvelle alliance politique a été lancée le week-end passé à Cotonou. Elle regroupe une dizaine de formations et de mouvements du nord et du centre du pays. Parmi les leaders, d'anciens proches de l'ex-président Boni Yayi. Cette coalition, qui projette de devenir un parti politique en tant que tel, soutient la politique de l'actuel chef de l'Etat Patrice Talon.

Pour l'instant, l'alliance s'est rassemblée derrière ce slogan : « Ensemble pour une dynamique unitaire ». Elle regroupe notamment le Fard Alafia du député Barthélémy Kassa, la formation Alafia de Seïdou Alassane, tous deux ministres de l'ancien président Thomas Boni Yayi, le Dur-Barka du député Rachidi Gbadamassi et le GGR de Robert Gbian, vice-président de l'Assemblée nationale. L'objectif déclaré est de créer un grand parti en vue des prochaines échéances électorales, à commencer par les législatives de 2019.

Les personnalités à l'initiative de cette coalition sont principalement d'anciens FCBE qui ont quitté ou dû quitter la grande alliance nationale qui soutenait Thomas Boni Yayi. C'est donc un repositionnement pour eux. Et peut-être un moyen de peser alors que l'on parle de remaniement ministériel depuis plusieurs semaines.

Le soutien à Patrice Talon n'est pas une surprise, plusieurs leaders de cette alliance l'ont affiché cette année, au Parlement, lors du rejet du projet de révision de la Constitution. Cela renforce en tout cas la majorité du chef de l'Etat à l'Assemblée nationale.

Quant à sa base régionaliste, Robert Gbian, que RFI avait interrogé, explique « qu'il fallait bien commencer quelque part et que le parti sera ouvert à tous ». La date du congrès fondateur n'est pas encore connue.