Droits de l'homme en RDC: un rapport de l'ONU accablant

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève, le 19 septembre 2017.
© REUTERS/Denis Balibouse

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies s'est réuni mardi 26 septembre à Genève, avec au programme le rapport annuel sur la situation des droits de l'homme en RDC. Une déclaration dure, accablante même pour les autorités de Kinshasa, directement mises en cause pour les vagues de répression meurtrières menées dans le pays. Les forces de sécurité et les donneurs d'ordres sont pointés du doigt.

« Peu de choses ont été faites pour mener des enquêtes crédibles, impartiales et indépendantes sur les graves violations des droits de l'homme commises par les forces congolaises de défense et de sécurité » dans le Kasaï. Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies regrette que Kinshasa ne se soit pas saisi des informations transmises au sujet des 87 fosses communes recensées dans le Kasaï, et que l'action des forces congolaises, avec un usage jugé « disproportionné » de la force, ait conduit à « l'une des pires crises humanitaires du monde » : 5 000 morts et 1,6 million de déplacés et réfugiés en un an, selon l'organe onusien.

Maman Sidikou, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et chef de la mission onusienne en RDC (Monusco), a demandé la mise en œuvre de procédures judiciaires. « L’impunité chronique ne fait qu’encourager la violence », a-t-il souligné. « Des mesures fortes seront requises, a-t-il poursuivi, de la part du gouvernement afin de traduire en justice les éléments des groupes armés, de la police nationale et des FARDC impliqués dans des violations des droits de l’homme, y compris ceux ayant des responsabilités à tous les niveaux de la chaîne de commandement. Mettre fin à l’impunité doit être une priorité pour le gouvernement congolais et la communauté internationale. »

Les violences dans le Nord et le Sud-Kivu ou dans la région du Tanganyika sont également citées, perçues comme une conséquence de l'instabilité politique entretenue par les autorités de Kinshasa.

« Manque de volonté politique »

Car pour la Commission des droits de l'homme, ce qui a été mis en place à l'issue du dialogue national de décembre dernier, est « l'antithèse » de l'accord signé, avec une répression systématique des opposants politiques, des défenseurs des droits de l'homme et des journalistes. Les prisonniers politiques devaient être libérés ? Leur nombre a triplé, accuse le Conseil. Le report incessant de l'annonce d'une date pour les élections promises ? Un « manque de volonté politique », pointe enfin l'instance onusienne qui estime que Kinshasa ne souhaite pas « réellement poursuivre un processus démocratique pacifique ».

A (RE)LIRE → RDC : « Les élections auront nécessairement lieu dans les prochains mois »

« Le tableau brossé sur les droits de l’homme dans mon pays est tellement sombre que l’on donne l’impression qu’il n’y a plus d’espace pour respirer en République démocratique du Congo, a réagi la ministre congolaise des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa. Et pourtant, on y respire, on y exerce des activités économiques, des enfants vont à l’école, les ONG exercent leurs activités, et même près de 600 partis politiques et une soixantaine de chaînes de télévision fonctionnent en toute liberté. »

Sur la situation politique et sécuritaire, la ministre précise que « l’accord du 31 décembre 2016 est en train d’être mis en œuvre ». Et rappelle que le président Kabila a confirmé à l’Assemblée générale de l’ONU que « les élections auront bel et bien lieu. Mais ça sera, ajoute-t-elle, sans interférences étrangères. »