RCA: le groupe armé 3R prend possession de Bocaranga

Le général Sidiki Abass leader du groupe armé 3R en RCA, le 27 avril 2017.
© REUTERS/Baz Ratner

Depuis samedi 23 septembre, le groupe armé 3R du général Sidiki a investi la ville de Bocaranga dans le nord-ouest de la Centrafrique. 3R, qui se présente comme protecteur des éleveurs peuls, est régulièrement accusé d'exactions. La Minusca est présente à Bocaranga mais n'a pas empêché l'incursion de 3R. Trois jours après, il est toujours impossible d'établir un bilan des morts et des blessés. Quant à la  population, elle s'est volatilisée.

Quand on lui demande qui contrôle la ville, cet habitant ne peut refréner un sourire. « Dans la mesure où 95 % de la population a fui dans la brousse, y compris les autorités, on peut dire que ce sont les hommes de 3R qui contrôlent la ville. »

Et la Minusca ? « Elle est là avec ses quatre blindés. Ils patrouillent en ville et protègent la base d'IRC où se sont réfugiées les ONG », explique-t-il.

Les coups de feu ont commencé vers 5h30 du matin samedi et ont duré toute la journée. 3R est entré dans cette ville de 15 000 habitants et a pris possession de la gendarmerie, mais il n'y aurait pas eu d'affrontements à proprement parler avec les anti-balaka, ni même semble-t-il avec les casques bleus du contingent bangladais qu'un témoin décrit comme totalement passifs samedi.

Dès la veille d'ailleurs, les habitants ont commencé à chercher refuge à la mission catholique, en brousse, ou près de la base Minusca. Le lendemain, Bocaranga  s'etait vidée de sa population.

Les déplacés hésitent à rentrer, car ils craignent maintenant une contre-attaque des anti-balaka. En attendant, 3R qui sévissait dans la localité de Koui et ses alentours a mis la main sur une ville de moyenne importance sans qu'on sache pour le moment s'il compte en faire son QG ou si cette incursion est temporaire.