Togo: l'opposition ne manifestera pas cette semaine

Des manifestants à Lomé, au Togo, lors de la mobilisation contre la réforme de la Constitution, le 20 septembre 2017.
© Anne Cantener/RFI

Au Togo, l'opposition affine sa stratégie. Après les manifestations de la semaine dernière, les opposants appellent à une journée Togo mort vendredi. Ils estiment que les réformes proposées par le gouvernement ne sont pas suffisantes : la limitation à deux mandats présidentiels et un scrutin à deux tours. Pas assez pour l'opposition, qui réclame toujours le retour à la Constitution de 1992 et le départ du président.

Contrairement à ce qui était prévu, l'opposition ne manifestera pas cette semaine. Officiellement pour rendre hommage aux victimes de la semaine dernière. Au moins quatre personnes ont trouvé la mort mercredi et jeudi derniers, en marge des manifestations. Un enfant tué par balle à Mango, dans le nord, et deux jeunes se sont noyés. L'opposition affirme qu'ils essayaient de fuir la répression des forces de l'ordre. Les autorités disent attendre les résultats de l'enquête. La quatrième victime est un jeune qui avait été blessé par balle à Bafilo.

Les responsables de l'opposition ont donc prévu de se rendre dans ces localités pour rencontrer les familles et les blessés. Tikpi Atchadam, le leader du PNP, ne devrait pas faire partie du voyage. Il n'est pas apparu en public depuis un peu plus de deux semaines, pas même aux manifestations mercredi et jeudi derniers, il estime que sa sécurité est menacée.

Pas de manifestation donc, mais un appel à une journée Togo mort vendredi. Ce programme devrait aussi permettre à l'opposition de remobiliser avant de nouvelles manifestations la semaine prochaine. Et cette fois-ci, il y aura un seul cortège. La semaine dernière, les opposants avaient décidé de défiler à deux endroits différents de la capitale, mais cela n'a pas vraiment servi l'image d'unité qu'ils tiennent absolument à afficher.