Republier
RDC

RDC: des rebelles Maï Maï aux abords de la ville d'Uvira

Vue aérienne de la ville d'Uvira en RDC, depuis un hélicoptère Puma de la Monusco.
© Photo MONUSCO/Abel Kavanagh

Des affrontements signalés ce mercredi après-midi 27 septembre sur les collines aux abords de la ville d'Uvira, deuxième ville du Sud-Kivu. Des affrontements qui ont opposé les combattants du groupe Maï Maï CNPSC de William Yakutumba aux FARDC. Les rebelles ne sont pas parvenus à entrer véritablement en ville. L'incursion a été repoussée par les FARDC. A Uvira l'ambiance est encore tendue mercredi soir.

A Uvira la circulation a repris à la nuit tombée. Les gens ressortaient dans les rues. Quelques heures plus tôt la vie s'était arrêtée alors que les détonations retentissaient sur les collines qui surplombent la ville.

Joseph habite en centre-ville. Il témoigne : « Vers 15h, les magasins fermaient déjà quand ça a commencé à tirer. Les gens ont couru dans tous les sens, quand les Maï Maï ont tenté par les collines une incursion, mais ils ont été repérés par les FARDC. Pour le moment, c’est calme dans la ville. Personne ne sait quel est le mobile. Les gens ont peur. On ne sait pas comment cela va se passer la nuit. Mais la nuit il n’y a pas d’attaques, c’est souvent le matin ou vers l’après-midi, c’est souvent comme ça ».

La crainte que cela recommence c'est un sentiment largement partagé, en particulier par Lambert, qui s'organise avec sa famille. « Certaines familles ont fait des petits stocks, même chez moi, nous avons fait un petit stock. Les militaires ce soir sont positionnés un peu partout. La Monusco est là. Ils ont mis leurs véhicules blindés vers les grandes artères ».

Ecoutez aussi ce témoignage de Mgr Muyengo :

Je viens d'échanger encore avec la Monusco qui nous demande quand même d'être prudents parce que les rebelles Maï Maï se seraient retirés dans les montagnes, mais ils peuvent encore surgir d'un moment à l'autre.

Mgr Muyengo
27-09-2017 - Par David Baché

L'attaque a été repoussée par les FARDC, les forces militaires congolaises. « La tentative d'incursion sur Uvira avait commencé tôt le matin, précise le major Louis Tshmwanga, porte-parole de la 33e région militaire. L'après-midi, nous les avons poursuivis sur la montagne et nous avons pu les mettre en débandade. »

Le major assure par ailleurs que la ville est totalement en sécurité. « Tout est fait pour que ça ne puisse pas recommencer », insiste-t-il.

Que sait-on des assaillants ?

La CNPSC, Coalition nationale du peuple pour la souveraineté du Congo est un mouvement fondée en 2013 et emmené par un ex-officier des FARDC en rupture de ban. Originaire du territoire de Fizi au Sud-Kivu, le commandant William Amuri, alias Yakutumba, quitte l'armée en 2007. Aujourd'hui, il affirme disposer de 10 000 hommes répartis sur deux fronts : l'un au nord vers Uvira ; l'autre au sud vers Kalemie.

Des effectifs largement gonflés, selon des sources locales, qui estiment que le mouvement doit compter quelques centaines d'hommes, dont des enfants. Mais des effectifs qui varieraient au grès des enrôlements effectués dans les villes tombées. Côté équipement, le groupe compterait peu de véhicule et d'armement lourd. Surtout des Ak47 et des mortiers.

William Yakutumba, dont le mouvement se nourrit notamment des taxes prélevées dans les zones minières, affirme mener une « guerre de libération », selon ses propres termes. Uvira n'est qu'une étape dans son plan de conquête du pays. Il ne se donne rien de moins que deux mois pour prendre Kinshasa et faire tomber le régime Kabila. 

Le porte-parole des FARDC qui qualifiait lundi ce groupe de poignée de « bandits » affirme qu'ils bénéficient de soutiens venus des autres rives du Lac Tanganyika, Burundi ou Tanzanie, sans pour autant désigner un pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.