La compagnie aérienne South African Airways sauvée in extremis

Un avion de la compagnie nationale sud-africaine survole l'Ellis Park Stadium, le 24 juin 2017.
© MARCO LONGARI / AFP

South African Airways a échappé de peu à un défaut de paiement. La compagnie aérienne est au bord de la faillite. Elle avait jusqu'à ce samedi pour rembourser un prêt de 120 millions d'euros. Le gouvernement a finalement injecté de l'argent au dernier moment, vendredi 29 septembre, pour sauver sa compagnie nationale du naufrage. C'est la deuxième fois en deux mois que l'Etat intervient pour renflouer ses caisses.

Le gouvernement sud-africain est allé puiser l'équivalent de 190 millions d'euros dans le Fonds national des revenus. South African Airways rembourse donc son prêt de 120 millions d'euros à la banque Citibank et garde 70 millions d'euros pour son capital propre.

Ce versement in extremis a lieu exactement deux mois après un premier sauvetage pour rembourser un prêt contracté auprès d'une autre banque.

Les deux banques ont d'ailleurs décidé de ne pas étendre leur collaboration avec la compagnie aérienne.

Un « puits sans fond »

South African Airways est en très mauvaise posture, sous perfusion constante du gouvernement. La dette de la compagnie s'élève à 450 millions d'euros. Le leader de l'Alliance démocratique la compare à un « puits sans fond ». Mmusi Maimane demande la privatisation de la compagnie et pointe du doigt la gestion catastrophique de sa présidente, une proche de Jacob Zuma.

La présidente de la South African Airways avait provoqué une polémique la semaine dernière lorsqu'elle avait demandé d'utiliser l'argent du fonds de pension des fonctionnaires sud-africains pour renflouer les caisses de la compagnie.

South African Airways a décidé de réduire la voilure. Cinq avions vont être mis à l'arrêt et un quart des liaisons ne seront plus assurées à partir de novembre.