Un livre sur les violences faites aux femmes entache encore l'image de Zuma

Le président sud-africain Jacob Zuma
© REUTERS/James Oatway

En Afrique du Sud, un livre d’une journaliste connaît un grand succès depuis son lancement cette semaine. Ce livre retrace le parcours de Khwezi, la jeune femme qui avait accusé Jacob Zuma de l’avoir violée en 2005. Khwezi est décédée l’an dernier du sida. Ce livre est un hommage à sa vie et à son combat contre les violences faites aux femmes. Il est publié dans une période charnière pour l’ANC, à moins de trois mois de sa conférence élective.

« Trahie dans l'enfance, vilipendée par son pays ». C’est le sous-titre du livre de la journaliste sud-africaine Redi Tlhabi dans lequel elle rend hommage à Khwezi.

En 2005, la jeune femme avait fait la Une des journaux, accusant le vice-président de l’époque Jacob Zuma de l’avoir violée. Zuma, plaidant pour une relation consentie, avait été acquitté un an plus tard, laissant la jeune femme devenir la paria d’une partie de la société sud-africaine. Elle avait même dû trouver refuge aux Pays-Bas suite aux nombreuses menaces de mort.

La journaliste affirme que son livre n’est pas anti-Zuma, même si elle craint des récupérations politiques à deux mois et demi de la conférence élective de l’ANC.
Une polémique entoure d’ailleurs l’actuel trésorier de l’ANC, en course pour la présidence du parti. D’après le livre, il aurait tenté à l’époque de persuader Kwezi de ne pas porter plainte contre Jacob Zuma. Il a nié ces accusations dans la presse dès le lendemain.

Mais selon son auteur, ce livre est surtout un hommage rendu au symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes. En Afrique du Sud, on estime à environ 1 million le nombre de viols tous les ans, mais très peu sont dénoncés. Ce livre écorne tout de même Zuma. La journaliste évoque que le président lui aurait proposé de rester dormir chez lui, dans cette même maison où il aurait violé Khwezi.

A consulter : le site de l'éditeur du livre