Gambie: la grogne monte face aux problèmes de délestages

L'avenue commerçante de Kairaba, l'une des principales artères de Banjul, manque elle aussi de courant. (photo d'illustration)
© RFI / Claire Bargelès

En Gambie, les délestages se multiplient alors que la compagnie nationale d'électricité, Nawec (National Water and Electricity Company) est en crise. L'entreprise d'Etat, submergée par les dettes, doit fournir de l'électricité à près de 2 millions d'habitants. Le président Adama Barrow s'est rendu vendredi 29 septembre dans l'une des centrales pour constater les dégâts et échanger avec les ingénieurs. Pour les régions rurales, une solution a été trouvée grâce à une coopération avec la compagnie sénégalaise voisine, Senelec, qui devrait aider à desservir une partie du pays. Mais autour de Banjul, la situation ne s'améliore pas, et la grogne s'intensifie.

Comme beaucoup d'habitants du quartier de Jeshwang, Ebrahim commence à perdre patience. Tous les soirs lorsqu'il rentre du travail, sa maison est dans le noir. « Aujourd'hui il y a vraiment beaucoup de gens en colère ... Et en ce moment c'est la saison des pluies, donc il fait très chaud, et on ne peut pas allumer le ventilateur sans électricité. Donc pour les enfants et pour tout le monde c'est très dur de dormir la nuit. »

Et le problème concerne surtout les Gambiens les plus pauvres selon Leslie. « Ceux qui ont les moyens d'avoir un groupe électrogène, ils s'en fichent. Mais pour ceux qui ne peuvent pas, c'est vraiment difficile », explique cet homme.

Même manque de courant au niveau de l'avenue commerçante de Kairaba. Nabin tient un restaurant indien. Et tous les soirs, son petit groupe électrogène ne suffit pas pour alimenter toute sa cuisine. « On ne peut pas servir de pizzas car le four ne marche pas, on ne peut pas servir de chawarma... Et c'est tous les jours, tous les jours ! Les clients ont trop chaud, et ils se disent que, peut-être, ils ne vont pas manger ici. »

Ces coupures de plus en plus fréquentes sont dues à l'âge avancé du matériel de la compagnie nationale d'électricité, selon le ministre de l'Information Demba Jawo. « On travaille avec des générateurs obsolètes, certains ont plus de 30 ans. Lorsque la Gambie les a reçus, c'était déjà des générateurs d'occasion. Nawec travaille sur plusieurs projets, avec le soutien de la Banque mondiale. Et cela concerne l'acquisition de nouveaux générateurs. »

Le gouvernement promet que ces nouveaux générateurs seront installés au fur et à mesure d'ici février. Et en attendant, la situation inspire les artistes. Un collectif de chanteurs gambiens en a même tiré une complainte.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.