RDC: un avion de transport militaire s’écrase faisant plusieurs morts

Un avion Antonov 12 du même type que celui qui s'est écrasé (illustration)
© CC/Igor Dvurekov

En République démocratique du Congo (RDC), un avion de transport militaire de fabrication russe - un Antonov 12 - de l'armée congolaise s'est écrasé tôt, ce samedi 30 septembre, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Kinshasa. L'ensemble des membres de l'équipage a été tué, soit 12 personnes selon le ministère de la Défense. Un bilan qui pourrait être plus élevé selon plusieurs sources jointes par RFI qui évoquent la présence de civils dans l'appareil.

Une épaisse fumée noire visible à des kilomètres a pollué le ciel de Kinshasa jusqu'en milieu d'après-midi ce samedi. Interdiction d'approcher, la zone de l'accident, à 20km au nord-ouest de la capitale, a rapidement été bouclée par la garde républicaine. Inaccessible même aux journalistes. Seule la presse militaire a été admise.

Seuls les énormes débris en feu de l'Antonov 12 étaient visibles au milieu des hautes herbes des champs de Nsele.

Aucun passager n'a survécu à l'accident. Les membres de l’équipage, mais aussi des passagers clandestins, des civils membres des familles des militaires qui auraient voulu profiter du trajet à destination de Bukavu dans l'est du pays. Chargé de deux véhicules, mais aussi de plusieurs tonnes de munitions et d'explosifs, le transporteur de l'armée congolaise s'est écrasé quelques minutes à peine après avoir décollé.

L'armée s'est refusée à fournir une explication de l'accident, mais selon un officier de l'armée joint par RFI, l'appareil n'était pas en bon état. Et il aurait pris feu en l'air juste après le décollage.

La cargaison était, selon plusieurs sources, destinée aux troupes de l’armée congolaise stationnées à Uvira dans le Sud-Kivu. Depuis plusieurs jours, les forces régulières y sont engagées dans des combats contre une coalition de groupes armés qui dit vouloir en découdre avec le régime de Kinshasa.