Congo-Brazzaville: Denis Sassou Nguesso reçoit des représentants du Pool

Denis Sassou NGuesso a été investi officiellement, samedi 16 avril 2016, après sa réélection contestée à l'issue du scrutin du 20 mars.
© REUTERS/Anis Mili/Files

La salle des banquets du palais présidentiel de Brazzaville a servi mardi 3 octobre de cadre d'échanges directs entre le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, et plusieurs personnalités originaires du Pool, une région du sud du pays en proie à des violences depuis avril 2016. Le pardon, la réconciliation et la création de couloirs humanitaires ont été au centre des débats. Le dirigeant congolais a notamment appelé les ex-combattants Ninja, accusés d'exactions, à emprunter ces couloirs humanitaires qui seront créés et à sortir avec leurs armes, que l'Etat pourrait ensuite racheter.

Face au président Denis Sassou-Nguesso, les notables et autres personnalités religieuses venus du Pool ont d’abord présenté la situation qui a cours dans cette zone.

« Depuis au moins dix-huit mois, les populations du Pool sont victimes de tueries, de viols et de vols, déclare l'un d'entre eux. Cette situation est due en premier lieu aux Ninja Nsiloulou du pasteur Ntumi, et aussi malheureusement au comportement de certains éléments indisciplinés de la force publique ».

« Jeunes gens égarés »

Ils ont ensuite prêché le pardon et la réconciliation avant de proposer des pistes de sortie de crise au nombre desquelles la création de couloirs humanitaires. Le chef de l’Etat a adhéré à cette proposition et demandé à ceux qu’il qualifié de « jeunes gens égarés » de quitter le maquis avec leurs armes.

« S’il vous plait, il faut que ces jeunes gens-là sortent avec leurs armes, a déclaré Denis Sassou Nguesso. Cela ne peut pas être autrement parce que nous vivons des phénomènes de récidive. Ce sont des récidivistes. On créera les conditions pour qu’ils sortent. Il faut qu’ils sortent avec les armes. On pourra même les leur racheter ».

Au moins 138 000 personnes en situation de détresse dans le Pool attendent avec impatience la résolution du conflit.