RDC: émotion autour de militants des droits de l'homme toujours en prison

Circulation à Goma, République démocratique du Congo, juillet 2016 (image d'illustration).
© RFI/Leonora Baumann

En République démocratique du Congo (RDC), 33 militants arrêtés, samedi dernier, à Goma, pour avoir réclamé la tenue de la présidentielle avant la fin de l’année ont été libérés ce mardi 3 octobre au soir. Elles avaient été détenues pour avoir manifesté dans le chef-lieu du Nord-Kivu. En revanche, à Lubumbashi, cinq militants pro-démocratie arrêtés à la fin juillet sont, eux, encore en prison. Amnesty international vient de lancer une « action urgente » en leur faveur. Une coalition d’une trentaine d’ONG a déjà appelé à leur libération. Son coordonnateur est maître Georges Kapiamba, le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj), il est interrogé par RFI.

Ils sont en prison pour avoir pris part à une manifestation pacifique.
Maître Georges Kapiamba, président de l'Acaj
04-10-2017 - Par Michel Arseneault

Quatre des cinq militants incarcérés à Lubumbashi ont été condamnés pour avoir provoqué des « manquements » aux autorités publiques en participant à une manifestation.