Aux rencontres Africa 2017 de Nairobi, l'élection kényane dans toutes les têtes

(Photo d'illustration) Une électrice kényane après avoir voté, le 8 août 2017.
© REUTERS/Thomas Mukoya

A Nairobi, les rencontres Africa 2017, qui visent à favoriser les échanges entre les entreprises françaises et celles du continent africain, se tiennent cette année dans un climat politique très particulier, après l’annulation de la présidentielle par la Cour suprême et le prochain scrutin prévu le 26 octobre. Au Kenya, baptisé « locomotive de l’Afrique de l’Est », les opportunités d’affaires ne manquent pas, même si le contexte électoral tracasse les investisseurs potentiels.

Vendre la destination Kenya aux investisseurs nés n’est en général pas difficile. Même moindre que prévu, la croissance du pays affiche 5% cette année. Le secteur privé y est dense et dynamique. Surtout, les opportunités d’affaires y sont nombreuses dans de nombreux domaines : les biens de consommation, notamment chez les classes moyennes, les infrastructures, l’énergie... Deux secteurs prioritaires pour le gouvernement kényan.

L’ambassade de France à Nairobi, avec ses conseillers économiques – l’agence Business France ont été très actifs ces dernières années pour attirer et accompagner les entreprises françaises avec un relatif succès, car leur nombre a été multiplié par trois en quatre ans. Essentiellement dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture.

Pour autant, l’incertitude continue de planer avec ce nouveau scrutin prévu, s’il a bien lieu, le 26 octobre prochain. Une manifestation de l’opposition est attendue ce vendredi à Kisumu. Si les Kényans disent avoir l’habitude des blocages de ce genre à chaque élection, les entrepreneurs français présents ici à ces rencontres Africa attendent avec impatience que cette page se tourne avant que les affaires ne deviennent beaucoup moins intéressantes pour eux.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.