Libye: la prise de Sabratha, une victoire pour Haftar

Des combattants d'une milice dans la ville de Sabratha, ville située à 70 km à l'ouest de Tripoli, le 27 février 2016.
© MAHMUD TURKIA / AFP

Les forces de Khalifa Haftar ont annoncé vendredi la prise de Sabratha et la fuite du principal réseau de passeurs de migrants, après trois semaines de combat. Une déclaration fracassante : ce serait la première fois que le maréchal contrôlerait une ville côtière importante à l'ouest du pays. Une vraie victoire pour l'homme fort de l'est du pays sauf que sur le terrain la situation est plus complexe.  

Les flammes brûlant sa maison symbolisent la défaite certaine de Ahmed Dabbashi à Sabratha. Il était le trafiquant de migrants n°1 de la région. Il a aujourd'hui fui la ville après trois semaines de combat qui a fait une trentaine de morts.

Cette issue intervient dix jours après la visite de Khalifa Haftar à Rome. Or l'Italie est le principal pays intéressé par Sabratha, car c'est de là que partent la majorité des migrants. C'est aussi dans la région que se trouve le site gazier de Mellitah, géré par le géant italien ENI.

Jusqu'alors, c'étaient les hommes de Ahmed Dabbashi qui assuraient la sécurité du centre. Il semblerait donc que Khalifa Haftar ait reçu le feu vert des Italiens pour remplacer l'ancien allié.

C'est la brigade al-Wadi, une force armée salafiste loyale à Khalifa Haftar, qui a combattu et non la force de Haftar, peu présente dans l'ouest du pays. Sauf que ce groupe était allié avec la Chambre des opérations qui dépend du ministère de la Défense du gouvernement de Tripoli. Résultat, Faez al-Sarraj, le Premier ministre de ce gouvernement d'union nationale et rival de Haftar, s'est lui aussi déclaré vainqueur de la bataille de Sabratha.

Mais symboliquement Khalifa Haftar est déjà le gagnant. Reste à le prouver sur le terrain.