RDC: destitution du président de l'assemblée provinciale de Kinshasa

Roger Nsingi a passé onze ans à la tête de l'assemblée provinciale de Kinshasa (photo d'illustration).
© Wikipédia

En RDC, l'assemblée provinciale de la ville de Kinshasa a démis son président. Ancien du Mouvement de libération du Congo de Jean-Pierre Bemba, aujourd'hui dans le MLC/Libéral, Roger Nsingi a passé onze ans à la tête de cette assemblée.

A l'unanimité, tous les 39 élus présents dans la salle ont voté pour la destitution de Roger Nsingi. Le président de l'assemblée provinciale de Kinshasa était visé par une motion de défiance du député UNC Jolino Makelele. Il était accusé de mauvaise gestion, de détournement de deniers publics et d'incompétence caractérisée.

Roger Nsingi n'a pas participé à la plénière qui a décidé de son sort. Un outrage, selon les députés provinciaux qui avaient régulièrement saisi l'intéressé.

Présenté par le MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo en 2006, l'homme est aujourd'hui membre d'une dissidence de ce parti d'opposition, le MLC/Libéral de Thomas Luhaka. Un parti qui a adhéré à la majorité présidentielle.

La rapidité avec laquelle ce dossier de destitution de Roger Nsingi a été traité suscite des interrogations. Surtout au regard des interventions du gouvernement central dans des crises du même genre dans d'autres entités décentralisées.

Au Kasaï-Central et au Tanganyika, le ministère de l'Intérieur a suspendu les activités des assemblées provinciales jusqu'à nouvel ordre pour « préserver la paix ».