RDC: des rebelles attaquent un camp de la Monusco proche de la ville de Beni

Des soldats de la Monusco, le 23 octobre 2014, à Beni.
© AFP PHOTO / ALAIN WANDIMOYI

En République démocratique du Congo, le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, est de nouveau à feu et à sang après des mois d'accalmie. Une offensive attribuée aux rebelles ougandais des forces démocratiques alliées (ADF) est en cours depuis ce vendredi. Après avoir tué une vingtaine de civils, il y a deux jours, ce groupe a attaqué ce lundi un camp de la Monusco, situé à une trentaine de kilomètres de la ville de Beni.

Deux casques bleus ont été tués et plusieurs autres blessés au cours de l'attaque d’une base de la mission onusienne située entre Kamango et Mbau, selon la porte-parole de la Monusco, Florence Marchal. Une attaque qu'elle attribue à « des présumés rebelles des ADF ». Mais il n'y a pas de revendication connue.

Elle assure que la base est toujours sous contrôle des militaires des Nations unies qui se sont déployés de chaque côté de la route afin de « protéger les populations ». Des renforts ont donc été déployés pour protéger également les localités voisines de Kamango et Mbau. Des hélicoptères militaires ont été également déployés sur place.

Des sources de la société civile, contactées à Beni, parlent d'un blindé de la Monusco qui aurait été fortement endommagé. Elles ajoutent que les rebelles des ADF se seraient ensuite repliés une dizaine de kilomètres plus à l'est.

Des civils égorgés

Cette offensive a commencé vendredi alors que cela faisait des mois que la situation dans la région était plutôt à l’accalmie. Un groupe fortement armé des ADF aurait lancé une attaque-surprise contre quatre positions militaires des FARDC situées dans le parc national des Virunga, à l'est de Beni. Les soldats congolais ont été chassés dès le lendemain de l’offensive de leurs positions. Des positions reprises quelques mois plus tôt justement à ces mêmes rebelles ougandais. Les soldats congolais ont dû se replier à une quarantaine de kilomètres de la ville.

Dans le même temps, des bus, camions ou motos qui se rendaient à Mbau, près de la frontière ougandaise, sont tombés dans une embuscade tendue par ces rebelles. Une vingtaine de personnes ont alors été égorgées et les véhicules incendiées.

Depuis, le groupe a progressé en direction de Beni. La société civile de ce territoire est très inquiète et se pose des questions sur cette rébellion ougandaise des ADF qu'on donnait pour affaiblie, et qui semble revenir en force, avec encore plus de combattants et plus d'armes, qu'avant.