Maurice adhère au Traité de libre-échange tripartite

Une vue de Port-Louis, capitale de l'Ile Maurice.
© Simisa/wikimedia.org

Après l'Afrique du Sud et Madagascar en juillet, l'Île Maurice a signé à son tour le traité de libre-échange qui devrait s'étendre à la moitié du continent. Vingt-sept Etats du continent sont concernés. A ce jour, 21 ont signé cet accord tripartite, qui est en bonne voie avant la ratification. Entre-temps, Maurice y adhère avec de grandes ambitions.

Cet accord de libre-échange permettra à Maurice, petite économie qui compte parmi les plus performantes du continent, d'accéder à un marché de près de 700 millions de consommateurs.

Maurice devient ainsi le 21e Etat à signer le Traité de libre-échange tripartite, ensemble économique qui regroupera 27 pays du continent. Très dépendante de l'Europe, l'économie mauricienne regarde du côté de ses grands voisins depuis la fin des accords multifibres, il y a douze ans.

Essor du commerce intra-africain

Cette zone regroupera trois régions économiques, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa) et la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC).

Ce grand marché démarre avec les îles de l'océan Indien, Madagascar, Maurice et les Comores, pour s'ouvrir sur l'Afrique du Sud et courir jusqu'au Caire, en Egypte. La moitié du continent sera concerné par la circulation de biens et marchandises dans un cadre plus souple.

Le commerce intra-africain est estimé aujourd'hui à seulement 14%. Les responsables africains présents à Ebène pour l'adhésion de Maurice au traité de libre-échange ont donc lancé un appel aux opérateurs économiques privés et aux petites et moyennes entreprises du continent pour qu'ils se préparent à tirer profit de ce marché.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.