RDC: pas d'élection avant 2019, selon la Céni

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mendé, lors de la signature de l'accord entre pouvoir et opposition, à Kinshasa, le 31 décembre 2016.
© REUTERS/Kenny Katombe

Même si un accord signé entre pouvoir et opposition prévoyait que les élections soient organisées d'ici la fin de l'année ou au maximum d'ici juin 2018, il n'y aura pas d'élections avant 2019 en RDC. C'est la dernière annonce en date de la Commission électorale. Une annonce faite lors d'une rencontre entre la société civile et la Céni chargée d'organiser ces élections.

Aucune annonce officielle, mais cette nouvelle échéance découle du calcul que la Commission électorale a présenté à des organisations de la société civile à Kinshasa, ces mardi et mercredi. Selon la Céni, il faut d’abord terminer l’enrôlement de tous les électeurs. Une opération qui devrait s’achever à la fin de l’année seulement puisque les électeurs au Kasaï ayant tout juste commencé à s’enregistrer.

Une fois cette étape terminée, la Céni estime qu’il lui faut 504 jours pour organiser l'ensemble des trois scrutins : les législatives, la présidentielle et les provinciales. Pourquoi 504 jours? Officiellement, ce délai doit servir à nettoyer le fichier électoral, adopter les lois qui manquent à l'organisation des législatives, mais aussi préparer les listes de candidat, recruter et déployer les 650 000 agents qui devront superviser ces élections. Toute une série de tâches pour lesquelles la Commission électorale promet de publier un calendrier détaillé d'ici la fin du mois.

Mais pourquoi l’enrôlement et le reste des opérations ne peuvent-ils pas être menés en parallèle ? Pourquoi 504 jours alors qu’en 2006 et en 2011, la Ceni avait eu moins de temps pour préparer les élections ? Voilà quelques-unes des questions qui se posent et qui font dire à l’opposition qu’il s’agit là d’une nouvelle manipulation pour reporter les élections et l’alternance au pouvoir. D’autant plus que l’accord signé entre pouvoir et opposition en décembre dernier est formel : l’élection doit être organisée en juin 2018 au plus tard.