Nigeria: Amnesty dénonce le huis clos lors du procès des présumés de Boko Haram

Membres de Boko Haram (image d'archive).
© pmnewsnigeria

Au Nigeria, Amnesty International fait part de son inquiétude au sujet des procès grandeur nature qui ont débuté ce lundi. Quatre procès engagés contre 2 000 présumés jihadistes de Boko Haram. Les audiences se tiennent à huis clos dans quatre tribunaux civils délocalisés dans un centre de détention militaire à Kainji, dans le centre du pays. Ni les médias ni le public ne peuvent assister à ces audiences.

On a très peu d'informations sur les suspects qui sont traduits devant la justice. On sait seulement qu'il y a parmi eux, des personnes qui ont été arrêtées pour avoir commis des crimes graves, qui violent les droits de l'homme. Il y a aussi des personnes qui ont reconnu appartenir à Boko Haram. D'autres personnes qui affirment être innocentes. Et des personnes, contre lesquelles, aucune charge n'a été retenue, parce que leur dossier est vide. Donc ces procès rassemblent un mixte de situations différentes. Mais nous ignorons l'identité des personnes qui sont jugées et les charges qui pèsent contre elles, car le procès se tient à huis clos.
Osai Ojigho, directrice d'Amnesty International au Nigeria
12-10-2017 - Par Bineta Diagne

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.