L’écrivain Yamen Manai reçoit le Prix des cinq continents de la francophonie

Yamen Manai, lauréat du Prix des cinq continents de la francophonie pour son roman « L’Amas ardent », publié aux éditions Elyzad.
© DR

À la Foire du livre de Francfort, dont la France est cette année l'invitée d'honneur, a été décerné mercredi 11 octobre le Prix des cinq continents de la francophonie. Le jury, composé entre autres d'auteurs originaires du Liban, d’Haïti, du Burkina Faso et de l'île Maurice, a récompensé le jeune auteur tunisien Yamen Manai pour son roman « L'Amas ardent » aux éditions Elyzad.

Avec notre envoyée spéciale à Francfort,

C’est l’histoire d’un homme, un apiculteur, qui se bat pour sauver ses abeilles attaquées par des frelons. C’est aussi une fable politique et écologique qui a énormément plu au président d’honneur du Prix des cinq continents de la francophonie, Jean-Marie Gustave Le Clézio :

« Parce que c’est l’aventure. Et la francophonie, c’est l’aventure, explique Le Clézio les raisons de sa faveur pour ce livre de Yamen Manai, L’Amas ardent. Ce livre est un livre aventureux. C’est un livre qui nous sort des sentiers battus, qui nous sort d’une littérature narcissique. C’est un livre qui nous parle de notre condition humaine, à tous, pas seulement celle des Tunisiens, mais à tous : la lutte de l’individu, un individu un peu obstiné, mais qui adore ses filles, les abeilles, contre une société qui veut détruire cette harmonie et qui veut nous priver de vie. C’est un livre profond. Et c’est une allégorie. »

Est-ce un grand symbole que le Prix des cinq continents de la francophonie soit remis au Salon du livre de Francfort ? « Oui, parce que la francophonie est universelle. L’Allemagne a une très bonne relation avec la littérature française, de langue française. Donc, c’est très important d’être ici à Francfort. En plus, c’est une très belle ville. »