Arrestations à l'aéroport de Johannesburg après des vols de grande ampleur

Aéroport OR Tambo de Johannesburg.
© (CC) Kaihsu

L’aéroport international OR Tambo à Johannesburg voit transiter le plus de voyageurs en Afrique par an. C'est aussi un haut lieu de la criminalité. Les touristes sont régulièrement la cible de vols, parfois même de grande ampleur. La police a procédé à une série d'arrestations dans la nuit de vendredi à samedi, après que des diplomates irakiens se sont fait voler leurs bagages. Les premiers résultats d'un grand plan de sécurisation de l'aéroport.

Vendredi soir, les policiers sud-africains ont arrêté deux suspects à bord d'une voiture de sécurité privée pourtant sous contrat avec l'aéroport. Car la majorité des vols ont lieu sur l'autoroute, à la sortie de l'aéroport. Les braqueurs se déguisent en policiers ou en employés de compagnies de sécurité pour pouvoir arrêter des voitures et attaquer leurs occupants.

Cela a été le cas jeudi dernier 12 octobre alors que sept diplomates irakiens atterrissaient à OR Tambo. Sur la route de leur hôtel, un homme habillé en policier arrête leur véhicule, avant que quatre autres complices ne les braquent.

Même mode opératoire fin septembre où 36 touristes néerlandais ont perdu l'essentiel de leurs affaires.

Task force

Mais cette arrestation, suivie d'une autre perquisition à Johannesburg samedi 14 octobre au petit matin, prouve l'efficacité du récent dispositif policier.

Depuis juin, le gouvernement a mobilisé une task force. Elle est composée de policiers en civil et d'agents du renseignement entièrement dédiés à la sécurité de l'aéroport.

Cette task force a déjà permis de procéder à une première purge en juillet : sept officiers de police et plus de 40 employés de l'aéroport et de l'office de tourisme ont été suspendus, car soupçonnés de corruption et de vols.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.