Somalie: un double attentat meurtrier frappe Mogadiscio

Un camion bourré d'explosifs a sauté près d'un carrefour très fréquenté de la capitale somalienne Mogadiscio, samedi 14 octobre 2017.
© REUTERS/Feisal Omar

Un double attentat à l'explosif à Mogadiscio a fait ce samedi 14 octobre au moins cent morts, selon un bilan établi par RFI (une trentaine selon la police), et des dizaines de blessés. Un bilan encore provisoire. L'attaque n'a pas encore été revendiquée, mais les islamistes shebabs, qui multiplient les attaques ces dernières semaines, sont fortement suspectés.

Deux explosions à quelques dizaines de minutes d'intervalle ont secoué Mogadiscio. Mais c'est la première qui a marqué les esprits. Selon plusieurs témoins, un camion bourré d'explosifs s'est approché du Kilomètre 5, un carrefour embouteillé où l'on trouve hôtels, restaurants et agences gouvernementales. Les forces de sécurité ont tenté de l'arrêter, mais le véhicule a forcé le passage avant de sauter.

« C'est la plus grosse explosion que j'ai entendue depuis des années à Mogadiscio », a réagi Abdulaziz Billow Ali, un habitant de la capitale somalienne. Les images sont impressionnantes. La déflagration a soufflé plusieurs bâtiments, des dizaines de passants ont été fauchés. Les images montre un paysage de désolation fait de commerces en feu, de véhicules calcinés et de tonnes de gravats. « En dix ans, je n'ai jamais rien vu de pareil. Le bilan va s'alourdir, car beaucoup de gens sont encore coincés sous les décombres », a confié Mohamed Osman, du service privé d'ambulance Aamin.

Des civils retirent le corps de victimes de l'attentat à la voiture piégée perpétré devant un hôtel à un carrefour commercial fréquenté du centre de Mogadiscio, le 14 octobre 2017. © REUTERS/Feisal Omar

« On n'avait jamais vu autant de morts »

« On n'avait jamais vu autant de morts et de destructions ». Au téléphone, Abdulkadir Adem, le chef du principal service ambulancier, ne s'en remet pas. Il a été l'un des premiers à arriver sur les lieux. Il décrit « l'horreur ». Ses dix ambulances ont fait des allers-retours incessants pour transporter les victimes dans les six principaux hôpitaux de la capitale. Sur place, les secours étaient encore mobilisés pour extraire des corps des décombres.

L'attentat n'a pour l'heure pas été revendiqué, mais les islamistes shebabs commettent quasi quotidiennement des attaques dans le pays.

Le Premier ministre somalien a parlé d'un acte « horrible » et appelé les habitants à la solidarité. La mission onusienne d'assistance à la Somalie a fermement condamné des attaques barbares visant les civils. David Concar, l'ambassadeur de Grande-Bretagne, a dénoncé des actes cruels et lâches. De son côté, le maire de la ville, Thabit Abdi Mohamed, a lancé un appel au don du sang et demandé aux habitants d'aider les secouristes.

Vidéo publiée par l'ambassadeur David Concar sur Twitter

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.