Republier
Somalie

Somalie: deuil national après le double attentat sans précédent à Mogadiscio

Photo prise le 15 octobre 2017 du lieu de l'explosion du camion piégé à Mogadiscio perpétré la veille et qui a fait au moins 137 morts et 300 blessés, ce qui en fait l'attentat le plus meurtrier de l'histoire de la Somalie, selon la police.
© Mohamed ABDIWAHAB / AFP

En Somalie, les autorités ont décrété, ce dimanche 15 octobre, trois jours de deuil national, au lendemain du double attentat à l’explosif mené samedi, à Mogadiscio, la capitale. Le bilan s'alourdit : au moins 218 morts et 300 blessés, selon une source hospitalière. L’attentat n’a pas été revendiqué.

Il s’agit de l’un des attentats les plus meurtriers ayant touché le pays. Le président Mohamed Abdullahi Farmajoa demandé à ce que les drapeaux soient mis en berne.

« C’est le moment de s’unir et de prier ensemble. La terreur ne l’emportera pas », a déclaré le chef de l’Etat.

Il est allé au K5 sur les lieux de l’explosion, avant de se rendre dans les hôpitaux au chevet des blessés, puis de donner son sang à l’hôpital du quartier de Madina. Des centaines d’habitants ont suivi le même exemple et se rassemblent dans les centres hospitaliers.

Thabit Abdi Mohamed, maire de Mogadiscio, a appelé les forces de sécurité à ouvrir les routes pour laisser les Somaliens se joindre au secours qui ont cherché toute la nuit dans les décombres. Les opérations continuent et beaucoup de gens sont là pour aider.

« Toute la Somalie est en deuil après cette attaque sans précédent, depuis dix ans que nous travaillons », a expliqué Mohamed Osman, de la compagnie Amin, la seule compagnie d’ambulances privée de Mogadiscio.

RFI a également recueilli le témoignage du docteur Abdulkadir Adem, le directeur de cette même compagnie d’ambulances.

« Hier, ça été une journée horrible. Il y a eu la plus grosse explosion que je n'ai jamais connue. Cela fait dix ans que je travaille dans ce service d'urgences et je n'ai jamais vu ça en Somalie. Notre compagnie d'ambulances transporte les victimes blessées dans des structures médicales ou des hôpitaux. Nous prenons en charge les cas graves, les femmes enceintes, les enfants, ceux qui se trouvent dans un état critique. Il y a différents types de blessures, des blessures très graves à la tête,  à l'abdomen, aux bras et aux jambes », a-t-il précisé avant d’ajouter que tous les hôpitaux « sont pleins, remplis de gens blessés » et qu’ils n'ont pas la capacité d'en accueillir plus.

Aucune revendication, pour l’instant. Les islamistes shebabs sont fortement suspectés, même si certains s’interrogent, car la plupart du temps les terroristes somaliens signalent leurs attaques rapidement.

En tout cas, pour les autorités, il n’y a pas de doute. Cet attentat porte leur signature.

« Ils se fichent de la vie des Somaliens. Ils ont visé le quartier le plus peuplé et n’ont tué que des civils », a déclaré le Premier ministre, Hassan Ali Khaire.

Cette attaque soulève des questions. Les barrages sont nombreux à Mogadiscio y compris près du K5. Les gens sont en colère. « Comment ce camion a-t-il pu passer ? Où étaient les policiers ? Où étaient les soldats de l’Amisom ? », se demande le secouriste Mohamed Osman.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.