Tensions sociales au Maroc: Mohammed VI hausse le ton devant le Parlement

Mohammed VI a prononcé un discours de fermeté pour maintenir la pression sur le gouvernement et les élus et éviter que le mécontentement qui s'est exprimé dans le Rif (photo: manifestation à Al Hoceïma en mai 2017) ne gagne d'autres régions.
© FADEL SENNA / AFP

Mohammed VI a prononcé un discours sans concession lors de l'ouverture de la session du Parlement. Le roi du Maroc a jugé le modèle de développement du royaume « inapte » à répondre aux demandes des Marocains. Un discours de fermeté à l'encontre du Parlement et du gouvernement qui intervient alors que les manifestations dans le Rif connaissaient une relative accalmie.

Clientélisme, carence de l’école publique et retard dans les plans de développement... Mohammed VI a égrainé avec véhémence les fléaux qui freinent, selon lui, le développement du Maroc.

Par sa fermeté et sa critique acerbe des rouages de l’action publique, ce discours rappelle furieusement celui prononcé le 30 juillet dernier, dix jours seulement après la dispersion violente d’une grande marche à Al Hoceïma qui s’était soldée par des blessés et des dizaines d’arrestations dans les rangs des manifestants. Quelques jours plus tard, les ministres multipliaient les déplacements dans le Rif et dans les zones enclavées pour débloquer les aides d’urgence.

► à (ré)écouter: Contestation dans le Rif: « la revendication est aussi purement sociale », selon Ahmed Assidi, invité de RFI

Ce vendredi 14 octobre, le roi s’en est pris avec la même vigueur aux responsables politiques et aux ministres, en demandant que le modèle de développement actuel soit revu pour trouver, a-t-il dit, des solutions pratiques aux vrais problèmes des citoyens.

Si le souverain entend par ce discours maintenir la pression auprès des élus et des ministres, il se montre aussi soucieux de se prémunir d’autres vagues de contestations similaires à celles du Rif. Des budgets ont déjà été débloqués dans les régions rurales de Beni Mellal et de Zagora, aux portes du désert.

Dans cette zone une manifestation dite « de la soif » a récemment été dispersée. Les citoyens protestaient contre le manque d’eau potable dans la région. Un phénomène qui pourrait s’aggraver, voire s’étendre à d’autres régions agricoles du Maroc, si la sécheresse et le temps chaud se poursuivent dans les prochaines semaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.