Mauritanie: suspension partielle de cinq télés privées

Nouakchott, capitale de la Mauritanie.
© Alexandra Pugachevsky/CC/Wikimedia

En Mauritanie, les autorités ont partiellement suspendu, cette semaine, cinq télés privées. Pendant cinq jours, elles pourront uniquement diffuser de 22 heures à midi, c’est-à-dire la nuit et le matin. Pour la TDM, la société de diffusion mauritanienne, la mesure n'a rien d'une quelconque atteinte à la liberté de la presse. Il s'agit plutôt, selon elle, de recouvrement de créances, car les télés doivent payer pour être diffusées sur le « bouquet national ». Ce qu'elles n'ont pas fait depuis des années, ce que reconnaît Abdallahi Ould Mohamedou, un journaliste de Sahel TV, l'une des télévisions visées par cette suspension.

Dans une démocratie, on a besoin des médias.
Abdellah Ould Mohamedou, journaliste à Sahel TV
19-10-2017 - Par Michel Arseneault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.